CAN 2013 - Etalons: Ils sont là PDF Imprimer Envoyer
Écrit par L'Observateur Paalga   
Mardi, 12 Février 2013 06:37

Ce fut un retour triomphal à l'écurie après un galop épique. Après leur finale perdue (1-0), la première de l'histoire du football burkinabè, contre les Super Eagles du Nigeria le dimanche 10 février 2013, les Etalons sont rentrés au bercail hier en début de soirée. En attendant la décoration des joueurs ce matin même au stade du 4-Août, c'est une foule immense et enthousiaste qui a réservé à notre onze national un accueil à la hauteur de son parcours héroïque à la 29e Coupe d'Afrique des nations de football qui vient de se jouer en Afrique du Sud.

Lundi 11 février 2013, 17h, avenue Kwame-N’Krumah. Le désert dans les entreprises longeant la célèbre artère de la capitale contraste avec la forêt de Ouagavillois massés le long de la voie. Le communiqué annonçant l’après-midi chômé et invitant les Burkinabè à sortir massivement pour accueillir les Etalons semble être respecté à la lettre. Le mot d’ordre général, lui, semble avoir été de porter au moins un gadget ayant trait aux couleurs nationales : fanions, écharpes, drapeaux, tee-shirts, maillots, sifflets, vuvuzelas, etc. A pied, à cheval, à vélo, à moto, en voiture ou même en charrette, on arpente l’avenue précitée, rivalisant de bruit et d’acrobaties. Et parfois,  certains de ces acrobates de circonstance se retrouvaient au sol et leurs engins s’immobilisaient un peu plus loin. C’est le cas de cette jeune fille qui, ayant perdu le contrôle de sa moto, a quitté le bitume et pris le décor.  Elle s’en tire avec des égratignures et une carrosserie cabossée par endroits. A ceux qui tentaient de la dissuader de reprendre la voie, elle lança : «Laissez-moi tranquille ! Si on ne fait pas ça maintenant, on va le faire quand ?» Il faut bien plus que cela pour empêcher les Burkinabè d’offrir une haie d’honneur aux  vice-champions de la CAN. Plus on s’approche de l’aéroport, plus il est difficile de se frayer un passage. Aux feux tricolores avant l’aéroport, il faut carrément jouer des coudes. Les forces de l’ordre doivent employer la force pour aérer un tant soit peu l’endroit. La foule à peine contrainte à reculer sous la menace de la matraque revient aussitôt à la charge. On se croirait à Stade Soccer City de Johannesburg, tant les vuvuzelas bourdonnent. Non loin du salon présidentiel, deux camions sont stationnés : l’un avec podium destiné, selon toute vraisemblance, à transporter les joueurs et l’autre déjà occupé par l’orchestre.

 

18h. La sécurité s’affaire à dégager les badauds des alentours des deux salons d’accueil pendant qu’un cortège de voitures ministérielles arrive sur les lieux. Plusieurs membres du gouvernement s’empressent de rejoindre le tarmac. Chez eux aussi le mot d’ordre semble être d’afficher les couleurs nationales, même si ce n’est qu’en agitant un petit drapeau.

19h30. L’avion transportant les vice-champions d’Afrique 2013 se pose sur le tarmac et on voit au loin les premiers passagers en sortir. C’est la clameur lorsque les Etalons apparaissent au haut de la passerelle. Le Ditanyè est entonné par toute la foule présente sur le tarmac.

Dehors, c’est la bousculade générale pour se placer au mieux devant le salon ministériel, par lequel doivent sortir les «héros nationaux». Le badge y est de rigueur. Premier à pointer le nez, Noufou Ouédraogo est ovationné. Fausse alerte pourtant, car il ne fait que remettre ses bagages à des proches avant de disparaître de nouveau dans la salle après qu’il a fait un signe au public. Nouvelle clameur dans la foule. Cette fois, ce sont les cheveux argentés d’Aristide Bancé qui ont été aperçus au niveau des box de contrôle policier.

20h. Les Etalons sortent enfin et les forces de l’ordre doivent s’employer à maintenir la ceinture autour d’eux jusqu’au camion-podium. On fait tout pour toucher ou prendre en photo les joueurs. Dernier dans la file, Aristide Bancé est littéralement agressé et doit se démener pour se tirer des bras des fans qui l’agrippent.  Le nom de chaque joueur qui se hisse sur le  camion est scandé. Le cortège s’ébranle à pas de tortue, suivi par une nuée de supporters qui laissent les alentours de l’aéroport comme un champ de bataille, les déchets de toutes sortes jonchant le bitume.

Hyacinthe Sanou & Moumouni Simporé


Les à-côtés

 

Cette fois, la tête bien haute

«Partis donc en rangs serrés pour défendre les couleurs nationales, les Etalons sont rentrés au bercail la tête basse». Ainsi avions-nous conclu l’article sur le retour des Etalons de l’expédition de Malabo, d’où ils regagnaient le pays après trois matches s’étant tous soldés par une défaite. Ce parcours peu glorieux fait désormais parti du passé. Les retours en catimini également. La place de vice-champion d’Afrique a son pesant d’accueil : cérémonial à l’aéroport, présence des membres du gouvernement, acclamations du public, bain de foule à travers les artères de la capitale... Et ce, en attendant la reconnaissance officielle de la Nation, laquelle se traduira par une remise de  médailles et une audience suivies d’un déjeuner avec le Président du Faso aujourd’hui. Comme quoi, petit ballon, petit accueil ; grand ballon, grand accueil. A bon entendeur…

 

Le plateau SONAR transformé en parking

Le retour des Etalons n’a pas fait que des heureux. Au nombre de ceux qui ont grincé des dents, les inconditionnels du plateau SONAR, situé en face de l’aéroport international de Ouagadougou. En effet, leur antre a été réquisitionnée pour servir de parking pour la circonstance. En début d’après-midi, ceux qui y avaient déjà pris place ont été purement et simplement priés de libérer les lieux. Les retardataires, eux, s’en sont vu refuser l’accès. Il n’en fallait pas plus pour que des habitués de ces lieux crient au sacrilège. Espérons que ces «victimes collatérales» survivront à cet épisode fâcheux.

 

Un bélier pour soutenir les Etalons

Les supporters ont mis à profit tous les moyens pour manifester leur joie aux joueurs de l’équipe nationale. Toutes les voies ont été explorées dans ce sens. C’est ainsi que certaines personnes, pour se distinguer, ont vu leur génie créateur les conduire à … la bergerie. Un bélier, peint aux couleurs nationales,  était, par exemple, fièrement tenu en laisse à la porte du salon ministériel pour saluer la parcours de nos footballeurs à la CAN 2013.

 

Mise à jour le Mardi, 12 Février 2013 06:43
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net

 

Recherche

Annonces et agenda

17e édition de la Journée nationale du Paysan: Le comité d’organisation à pied d’œuvre

Le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire(MASA), Mahama Zoungrana, a installé le 13 janvier 2014, à Ouagadougou, le comité national d’organisation de la 17e édition de la Journée nationale du paysan(JNP), prévue pour se tenir du 3 au 5 avril 2014 à Fada N’Gourma. A moins de trois mois de la tenue de la 17e édition de la Journée nationale du paysan (JNP), les membres du comité national d’organisation ont été installés le 13 janvier 2014 par le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire (MASA) , Mahama Zoungrana.

Lire la suite...
 
JPEX 2013 : Journée Parcours de l’Excellence, 2eme édition

Dates et lieu: Ven. 6 décembre et sam. 7 décembre 2013-11-13 à l’Ambassade du Burkina Faso - 159 Boulevard Haussmann, 75008 Paris

Thème : « Emploi et Investissement en Afrique : Les perspectives d’un développement durable »

Pour plus d’informations, voir : www.laceb-agora.com

Lire la suite...
 
De l’huile frelatée saisie

Il n’y a pas longtemps, des bidons d’huile frelatée ont été saisis par les forces de police à Bobo-Dioulasso. Une opération du même type à Ouagadougou a aussi permis de mettre le grappin sur des bidons d’huile de vidange distillée et destinée à la consommation. Ces produits impropres à la consommation sont dommageables à la santé des consommateurs. Les impuretés peuvent s’accumuler dans les vaisseaux sanguins, s’attaquer au foie et prédisposer les consommateurs aux maladies cardiovasculaires. Ces deux saisies ne sont pas des faits isolés et en appellent à plus de ténacité dans la lutte contre la contrefaçon des produits alimentaires. C’est le lieu d’inviter les consommateurs à plus de vigilance et à collaborer avec les services impliqués dans la lutte contre ces produits illicites, car il y va de leur santé.

Nestor BAKI

Sidwaya

 

Bannière 2D Solutions

Bannière

Petites annonces

Bannière

Meteo

Prévisions météo Ouagadougou