Comptes extérieurs du Burkina : un déficit de 147 milliards de FCFA en 2013 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Jeudi, 02 Avril 2015 09:17

La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a tenu,  le mardi 31 mars 2015 à Ouagadougou,  sa journée annuelle de diffusion des comptes extérieurs des Etats de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine (UEMOA) au titre de l’année 2013. Au Burkina Faso, il est à noter que la balance des paiements est ressortie déficitaire de 147,01 milliards de FCFA.

Pour l’année 2013, le Burkina Faso a enregistré un déficit de 147, 01 milliards de FCFA de sa balance des paiements contre un  déficit de 3,37 milliards de FCFA en 2012. Cela est dû à une aggravation de 581, 70 milliards en 2013 du solde déficitaire de la balance des transactions courantes, en liaison avec la détérioration de ses composantes relatives aux échanges des biens et des services et au compte de revenu primaire. C’est ce qui est ressorti de cette journée de diffusion des comptes extérieurs organisée par la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO),  ce mardi 31 octobre 2015 au profit des acteurs économiques. Ainsi, la Position extérieure globale (PEG), qui recense les stocks d’avoirs et les engagements financiers,  fait ressortir qu’au 31 décembre 2013, la PEG du Burkina est débitrice de 1927, 97 milliards de FCFA contre une situation déficitaire de 1522, 49 milliards de FCFA en 2012,  soit une détérioration de 26,6%. La balance des paiements est un état statistique de l’ensemble des transactions financières et non-financières entre les résidents et les non-résidents au cours d’une période déterminée. Elle se subdivise, selon le cadre normalisé de la 6e édition du manuel du FMI, en balance des transactions courantes, en compte de capital et en compte financier.

 

Pour le représentant du ministre de l’Economie et des Finances, Naby Abraham Ouattara, la présentation des comptes extérieurs d’un pays offre l’opportunité de jeter un regard rétrospectif sur les résultats des politiques économiques visant à renforcer sa place occupée dans les échanges internationaux. Il a indiqué que la balance des paiements permet entre autres, d’évaluer la compétitivité économique du pays par rapport à l’extérieur, de renseigner sur les flux nets des investissements étrangers reçus et de mesurer le besoin de financement extérieur du pays.

Le directeur national de la BCEAO, Charles Luanga Ki-Zerbo,  a précisé que par cette journée, les autorités monétaires entendent renforcer les canaux de dialogue existants entre les secteurs public et privé. Il a rappelé que le règlement communautaire fait obligation à toute personne physique ou morale, privée ou publique, résident ou non résident ayant un centre d’intérêt économique dans un Etat membre de l’UEMOA, de renseigner le questionnaire de la balance des paiements transmis annuellement par les services de la BCEAO. «L’année dernière, sur 122 entreprises industrielles et commerciales enquêtées par nos soins, 67 réponses ont été enregistrées, soit un taux de 55%», a-t-il déploré. La direction nationale de la BCEAO, a-t-il ajouté, poursuivra ses initiatives en vue  d’améliorer davantage la qualité des réponses annuelles. Car, a-t-il poursuivi, les comptes extérieurs doivent être accessibles au public conformément aux pratiques internationales en matière de collecte et de dissémination des données.

 

Adama SEDGO
Sidwaya

 

Mise à jour le Jeudi, 02 Avril 2015 09:30
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net