Pomme de terre dans la région du Nord : La conservation, un casse-tête pour les acteurs PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Jeudi, 13 Avril 2017 08:32

La pomme de terre est beaucoup cultivée au Burkina Faso dans la région du Nord. Le tubercule jaune demeure l’un des produits le plus commercialisé de la région et prisé d’une manière générale par les populations burkinabè. Cependant, les acteurs déplorent les difficultés liées à sa conservation, sa commercialisation et même à la cherté des intrants pour sa production.

Samedi 25 mars 2017 à Titao, chef-lieu de la province du Loroum dans la région du Nord. Un jour particulier pour les populations et les acteurs de la filière pomme de terre qui ont célébré la 15e édition de la fête du tubercule jaune. Un cadre promotionnel qui témoigne de l’intérêt accordé à cette légumineuse dont la production a le vent en poupe dans la région du Nord. A en croire les producteurs du Loroum, pour cette campagne, les prévisions sont  de l’ordre de 3525 tonnes de pomme de terre sur environ 120 ha, soit un chiffre d’affaires attendu de près d’un milliard de FCFA. Même son de cloche chez les producteurs du Yatenga. Selon le président de l’Association professionnelle des maraîchers du Yatenga (ASPMY), Salam Ouédraogo, la campagne de la pomme de terre s’annonce  bien à leur niveau. « Cette année ça va, on rend grâce à Dieu. A notre  niveau, nous avons importé 100 à 120 tonnes (t) de semences de pomme de terre. En ce qui concerne la production, nous avons atteint  plus de la moyenne, malgré le manque de froid cette année », se réjouit Salam Ouédraogo. Pour  lui, cela est  dû au fait  que les semences soient venues à temps, en qualité et  en quantité suffisante. Car dit-il, la fraîcheur joue beaucoup sur  le rendement de la pomme de terre. « Avec  le changement climatique, au lieu de nous apitoyer sur notre sort, nous essayons  de nous adapter »,  confie le président de l’ASPMY.Cependant, cet engouement autour de cette spéculation cache des disparités. A entendre le technicien chargé d’appuyer les producteurs au niveau de l’approvisionnement en semences de pomme de terre, en  technique de production et de  commercialisation, de la Fédération nationale des groupements NAAM (FNGN), Antoine Forgo, la production de la pomme de terre n’est bénéfique que pour  le  producteur  professionnel. « Car ce dernier  va  d’abord faire  une prévision de campagne, élaborer  un compte d’exploitation et  un  compte de résultat. Sur un hectare de pomme de terre, les dépenses  tournent autour de 1 600 000 F CFA, et la production peut atteindre 15 à 20 tonnes. Même s’il vend la tonne à 200 000 FCFA, il trouvera que c’est rentable»,estime-t-il. Toutefois, M. Forgo a fait savoir  que  la production du tubercule jaune requiert une  disponibilité en terre, en engrais, en compost et en eau. « Ce qui fait que les petits producteurs ou producteurs indépendants, ceux produisant sur des petites superficies, n’arrivent pas à rentabiliser et amoindrir les coûts de production de façon significative »,explique M. Forgo. Il souligne d’ailleurs que ceux-là, sont  les plus nombreux et font face à plusieurs charges. « Cela fait  9 ans que je suis dans ce métier. A vrai dire,  cette année, c’est encore pire », avoue Djibrill Ouédraogo, producteur de pomme de terre. En effet, même si les producteurs indépendants reconnaissent que la pomme de terre est génératrice de revenus, ils   regrettent  que ces dernières années,

 

l’activité ne soit plus rentable. Selon Djibrill Ouédraogo, les difficultés auxquelles ils sont confrontés  sont, entre autres,  l’importation de la pomme de terre, la fixation arbitraire  du prix de la pomme terre par les  acheteurs (125 F le kg), la cherté des intrants. Salif Sawadogo atteste que  la tonne de pomme de terre est achetée à     222 500 F CFA. Cependant, il affirme qu’après  déduction  des charges  y compris la main d’œuvre  qui lui coûte 17 500 par personne, il ne lui reste pratiquement rien. En ce qui concerne la  fixation arbitraire du prix  par  les gros acheteurs, les producteurs  disent être contraints de  subir. «  Ils nous achètent la pomme de terre  à crédit et partent  la vendre à Ouagadougou ou hors du Burkina, avant de nous rétrocéder notre argent, deux semaines ou 20  jours après »,  déplore  Salif Sawadogo. Toutefois, les  producteurs de pomme de terre sont unanimes du  fait que  leurs difficultés majeures portent sur  la cherté des intrants, la problématique de la conservation, la commercialisation et le manque de points d’eau. D’une seule voix, ils lancent un cri du cœur pour la réhabilitation des barrages de la région  et la construction d’autres barrages  et  forages, ainsi que  de chambres froides de type solaire pour  la conservation, compte tenu  du coût très élevé  du courant pour les paysans.

 

L’appui  de l’Etat souhaité

« Cela va permettre de réduire les coûts de production et  de rendre  la pomme de terre  accessible à toute la population »,  explique le président d’ASPMY. Salam Ouédraogo  indique  qu’en plus des points d’eau, il faut promouvoir de nouvelles techniques de productions telles que l’irrigation  ‘’goutte à goutte’’, l’utilisation des puits avec des pompes solaires etc., pour que la pomme de terre soit disponible sur le marché de façon pérenne.

Antoine  Forgo  souhaiterait que l’engrais puisse être subventionné par l’Etat.

Car explique-t-il,  la pomme de terre a besoin d’un engrais spécifique. « Le meilleur engrais est le 12 22 22  qui coûte  22 500 F CFA le sac de 50 kg. Cela est coûteux  et n’est pas à la portée des  petits producteurs »,argumente-t-il. M.Forgo  déplore le fait  que la pomme de terre du Burkina Faso après  sa récolte dans le mois  de janvier, février et mars est concurrencée  par celle d’autres pays sur le marché national. « Nous ne demandons pas d’interdire l’importation de la pomme de terre. Nous voulons qu’au moment de nos récoltes, qu’on puisse suspendre la vente de la  pomme de terre importée et reprendre, après la vente de nos tubercules », sollicite également Djibrill Ouédraogo. En ce qui concerne  la conservation de la pomme de terre le président d’ASPMY précise : « C’est comme toute récolte ; ici la particularité est que la conservation est difficile et requiert assez de moyen », note-t-il.

Mais, mentionne-t-il, des solutions sont proposées par les professionnels de la filière. Selon Salam Ouédraogo, l’ASPMY est en train d’innover  en construisant des maisons souterraines et  des maisons en banco. « Ces techniques de conservation traditionnelle  nous permettent de conserver la pomme de terre pendant au moins trois mois », affirme-t-il. Antoine Forgo confie que la pomme de terre possède en elle-même 80% d’humidité, d’où la difficulté pour sa conservation. Par contre, compte tenu de l’expérience de la FNGN,M. Forgo  conseille aux producteurs de ne pas miser sur la conservation. « Au départ, le groupement avait essayé la création de cave de conservation en l’occurrence des caves souterraines. Mais nous  nous sommes  rendu compte que la conservation ne dure que  40 jours. Pour ce qui est des chambres froides, la conservation peut atteindre deux à trois mois, mais elle est coûteuse », indique-t-il. Toutefois, il suggère l’utilisation du bio au détriment de l’engrais minéral aux  producteurs. D’après  lui, la conservation de la production issue du bio dure plus. Mais l’inconvénient est que la production bio donne de petits tubercules qui ne sont pas bien commercialisés, a-t-il fait savoir. Antoine  Forgo propose une autre alternative qui est  le planning de la production. « C’est-à-dire, échelonner  les productions et  les récoltes sur 2 ou 3 temps, de sorte à minimiser la conservation », suggère-t-il. Pour lui, à travers cette technique, le producteur peut utiliser de l’engrais chimique  pour la première phase de production   et le bio lors des autres phases. De même, Salam Ouédraogo offre comme solution, l’exportation de la pomme de terre. Mais, il précise que la condition est que  les producteurs  produisent en quantité et  en qualité pour faire  face à la concurrence. « Nous avons fait des études du marché qui prouvent que nous pouvons produire  10 fois plus et commercialiser sans problème », certifie-t-il.

 

Le calvaire des vendeuses

Si  les producteurs arrivent un tant soit peu à s’en sortir, pour  les vendeuses de pomme de terre, c’est la croix et la bannière. Safiéta Lèga, Salimata Sawadogo, Adjara Sawadogo, assises devant leurs marchandises, déplorent  leur situation. Selon elles, le travail est pénible et non lucratif. « A vrai dire, la vente de la pomme de terre n’est pas rentable. C’est pour ne pas chômer  que nous  sommes  toujours là. A cette allure nous risquons d’arrêter », confessent-elles. D’après Safiéta Lèga, son  bénéfice journalier   tourne  autour de  500 FCFA et quelquefois  elle entre à la maison bredouille. « Nous achetons  le kg  à 125 et  250 F CFA en fonction de la qualité de la pomme de terre auprès des producteurs. Nous revendons le kg de 250 F  à 250 F  et celui de 125  à 150 F ou à 200 F. Souvent  nous faisons le mélange afin de rentabiliser »,  explique Salimata  Sawadogo. La difficulté majeure, d’après  Adjara Sawadogo   est que les acheteurs le plus souvent,  font le tri des grosses pommes de terre lors des achats. «  Nos produits ne sortent pas comme on le souhaiterait.  Mais, je crois également que la situation économique du pays  peut être aussi à l’ origine de notre mévente »,  répond Salimata Konfé. A cet effet, Antoine Forgo interpelle les producteurs indépendants  et les vendeuses de pomme de terre  à travailler en association. «  Si les gens  sont  organisées et travaillent en association,  elles  pourront s’en sortir et  résoudre leurs  problèmes facilement et  même réduire  certains coûts»,conseille -t-il .

 

Ibrahim ZAMPALIGRE

Sidwaya

Mise à jour le Jeudi, 13 Avril 2017 08:40
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net