Gouvernance au Burkina : Un projet pour contrôler l’action publique Imprimer
Écrit par Sidwaya   
Jeudi, 04 Mai 2017 01:31

Le mouvement « Le balai citoyen » a lancé, le mardi 2 mai 2017 à Ouagadougou, un projet de mobilisation des jeunes pour un suivi citoyen des politiques publiques en vue d’influencer le processus de prise de décisions au Burkina.

Le mouvement « Le balai citoyen » entend jouer convenablement son rôle de veille citoyenne au Burkina Faso. A cet effet, il a lancé, le mardi 2 mai 2017, dans la capitale burkinabè, un projet de quatre ans (2017-2020) intitulé «Mobilisation des jeunes pour un suivi citoyen des politiques publiques en vue d’influencer le processus de prise de décisions». Pour le porte-parole du mouvement, Me Guy Hervé Kam,  ce projet entre dans le cadre du « Présimètre » qui vise à suivre le programme politique du président Roch Marc Christian Kaboré. « A travers les programmes au niveau local et national, il s’agit pour nous d’un moyen d’engagement des citoyens à suivre l’action publique pour inciter ceux qui exerce le pouvoir politique à respecter leurs engagements pris envers les populations », a-t-il expliqué.  A l’écouter, le projet a été possible grâce au soutien financier de l’Ambassade de la Suède par l’entremise de l’ONG Diakonia. Le budget estimatif  de la mise en œuvre du projet est de 60 millions de F CFA par an et va consister sur le terrain, dans un premier temps, à former les jeunes sur la compréhension des politiques publiques, a soutenu Me Kam.  « Il faut savoir comment ces politiques sont élaborées ainsi que la conception du budget communal », a-t-il justifié. C’est lorsqu’on maîtrise ce processus, a-t-il poursuivi, que l’on peut mieux contrôler l’action des décideurs publics en répertoriant ce qui est fait sur le terrain et ce qui ne l’est pas.

 

A l’en croire, neuf communes pilotes sont concernées par le projet notamment celle de Ouagadougou, Gaoua, Bobo-Dioulasso, Banfora, Ouahigouya, Kaya, etc.

Les groupes cibles bénéficiaires sont, entre autres, les populations, les communautés coutumières et religieuses, les organisations de la société civile, les syndicats, les partis politiques, la presse publique et privée.

 

Abdoulaye BALBONE

Sidwaya

Mise à jour le Jeudi, 04 Mai 2017 01:33