Roch Marc Christian Kaboré projette nationaliser la SN-SOSUCO Imprimer
Écrit par Sidwaya   
Mercredi, 11 Novembre 2015 18:10

Le candidat du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), Roch Marc Christian Kaboré,  a tenu un meeting, le mardi 10 novembre 2015 à Banfora.  Il a promis de donner à la «cité du Paysan noir» et à la région des Cascades, leur lustre d’antan, si les populations lui accordent leurs  voix le 29 novembre 2015. Après Gaoua la veille, c’est la ville de Banfora qui a accueilli, le mardi 10 novembre 2015, le candidat du Mouvement du peuple pour le progrès  (MPP) et sa suite pour son meeting régional.

Arrivés sur les coups de 14h20mn, Roch Marc Christian Kaboré et son staff de campagne ont été reçus à la place de la nouvelle mairie dans une ambiance de fête.  Entre chants et danses sur fond de slogans «Roch président», militants et sympathisants du «parti du soleil levant » sont venus de tous les horizons pour écouter le message de leur candidat. Auparavant, le décor a été planté par le mot de bienvenue du coordonnateur régional de campagne des Cascades, Gouyahali Son,  qui s’est appesanti sur les potentialités touristiques et culturelles de la région qu’il a qualifiées de sous- exploitées. Au passage, il a émis le vœu de voir, Roch Marc Christian, une fois élu président, transformer  le Centre hospitalier régional de Banfora en Centre hospitalier universitaire.  Cela dans le but d’améliorer le plateau technique de soins et de réduire les évacuations de malades vers Bobo-Dioulasso. Dans la foulée, il s’est félicité que depuis 1960, date de l’accession du Burkina à l’indépendance jusqu’à nos jours, seul Roch Marc Christian Kaboré a fait le tour de tous les départements du Burkina pour s’imprégner des conditions de vie réelles des populations. Pour ce faire, il a promis au président du MPP, 80% des suffrages exprimés et les sièges de la région au soir du 29 novembre 2015.  Le porte-parole des partis alliés n’a pas  dit le contraire, il  a promis la victoire de Roch au quart de tour. Abondant dans le même sens, le directeur provincial de la campagne de la Comoé, Bissiri Joseph Sirima, a réaffirmé le soutien des populations des provinces de la Léraba et de la Comoé au candidat du MPP. Il a surtout déploré le fait que la région des Cascades, qui constitue  avec les Hauts-Bassins et la Boucle du Mouhoun, les principaux greniers du Faso, reste confrontée à un problème d’infrastructures routières. Aussi a-t-il évoqué le mauvais état de certains tronçons.

 

 

La nationalisation de la SN-SOSUCO, en promesse

A ses yeux, lesdits axes auraient pu faciliter les échanges économiques entre le Burkina, le Mali et la Côte d’Ivoire. Bissiri Joseph Sirima a aussi regretté  l’existence d’écoles sous paillotes dans la région.  Depuis une vingtaine d’années, a-t-il opiné, la région des Cascades semble victime d’une conspiration. Comment comprendre, s’est-il interrogé, que le plus grand employeur après l’Etat, à savoir la  Nouvelle société sucrière de la Comoé (SN-SOSUCO), vive dans l’agonie. A cela, a mentionné le directeur provincial de la campagne, il faut ajouter la situation des  Grands moulins, l’ex-SN GMB dont la promesse de reprise des activités tarde à se concrétiser depuis des années. «Encore un mirage d’une gestion patrimoniale»,  a-t-il souligné.  Après quoi, ce fut le tour du directeur national de la campagne du MPP,  Salif Diallo, de prendre la parole sous des ovations nourries. Après quelques rappels historiques de la marche du MPP et  de ses  objectifs, il a indiqué que le camarade Roch Christian Kaboré fera de la région des Cascades, le point d’appui de son programme de gouvernement.  «Il fera que la jeunesse des Cascades soit épanouie, car ce n’est pas le genre de ses hommes politiques qui flattent le peuple avec des milliards qui n’existent pas», a martelé Salif Diallo,  égratignant au passage leurs adversaires politiques. Se disant imprégné des réalités socio-économiques de la région, il a salué la détermination de la jeunesse, des femmes et leur intrépidité. Pour lui, Roch Marc Christian Kaboré a une expérience solide de la gestion du pouvoir d’Etat et avec lui, le train du Burkina Faso arrivera à bon port. En homme politique averti, il a toutefois prévenu que «ce n’est pas parce qu’on a réussi un meeting qu’on doit dormir sur ses lauriers».  Pour sa part, le président du MPP a salué la population de Banfora pour sa forte mobilisation pendant l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, ayant entraîné la chute de Blaise Compaoré et la résistance face au coup d’Etat manqué du 16 septembre 2015.  Il s’est surtout appesanti sur le rôle et la place qu’il entend donner à la jeunesse et aux femmes dans son programme de mandat,  à travers l’éducation pour tous, l’accès à l’eau potable, aux soins de santé, etc. Il a surtout annoncé l’aménagement, au profit de la région, de 6000 hectares de terres au profit des producteurs,  et la création de deux banques pour les producteurs  et les jeunes promoteurs d’entreprises. Pour ce qui est de la situation de la SN-SOSUCO et de l’ex-SN GMB, il a annoncé la nationalisation de la première, après une revue du cahier des charges de la cession et la reprise des activités de la deuxième société. Et  à l’écouter,  tout cela ne sera possible que si les populations des Cascades lui accordent leurs voix, le 29 novembre 2015. Après Banfora, le candidat du MPP  a mis le cap sur Dédougou, pour son quatrième meeting.

 

Frédéric OUEDRAOGO

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Sidwaya

Mise à jour le Mercredi, 11 Novembre 2015 18:21