Présidentielle du 29 novembre prochain : « les partis nés après le 31 décembre 2013 n’auront pas notre soutien» (Mahamadi Kouanda) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par L'Observateur paalga   
Vendredi, 13 Novembre 2015 09:36

L’ex-parti au pouvoir le Congrès pour la démocratie et le progrès ne compte pas faire de figuration aux législatives du 29 novembre prochain. C’est son Directeur de campagne pour le Kadiogo, Mahamadi Lamine Kouanda, qui l’a annoncé lors d’un point de presse organisé dans l’après-midi du 13 novembre 2015 au siège du parti. Quant aux législatives, le soutien à d’autres candidats n’est pas à exclure, à l’exception de candidats de partis nés après le … 31 décembre 2013.

 

Tables métalliques sans nappe au présidium, sièges également métalliques pour tous les invités jusqu’aux initiateurs du point de presse… Le visiteur constatera également que la terrasse et le toit de l’appâtâme, détruits par des manifestants les jours qui ont suivi le putsch, venaient d’être refaits. Fini donc le faste d’antan. C’est avec le strict minimum que la Direction de la campagne au Kadiogo de l’ex-parti au pouvoir le CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès) a organisé cette rencontre avec les journalistes pour parler de la campagne électorale, surtout des législatives où le parti a des listes. Au préalable, Mahamadi Lamine Kouanda, le patron de cette direction, a, à travers une déclaration liminaire, donné la position du parti sur tout ce qui s’est passé, de l’insurrection qui a amené la chute de Blaise Compaoré au coup d’Etat manqué du 16 octobre dernier. L’acceptation des épreuves traversées est visiblement le maître-mot.

 

Foi du principal animateur, le parti a décidé de se conformer à tout ce que le pays a décidé, même à leur encontre. «Nous vivons ensemble. Le CDP n’a jamais cautionné de coup d’Etat. Nous partons aux élections et nous devons accepter de nous soumettre au verdict populaire. Nous invitons tout le monde à accepter le résultat des urnes. Nous voulons surtout la paix. Si nous gagnons un député, nous dirons merci. Si nous en gagnons 100, nous dirons également merci».

 

Et selon Mahamadi Lamine Kouanda, malgré l’adversité, le parti aura son mot à dire pendant ces élections. «Nous sommes diminués par le manque d’argent, c’est vrai, mais nous sommes renforcés par l’homme. Aujourd’hui, ce sont les vrais militants du CDP qui sont restés. Ceux qui étaient venus pour se construire sont partis là où il y a des promesses de postes », a-t-il ajouté, tout en soulignant que l’ex-parti au pouvoir ne fera pas piètre figure aux prochains scrutins, rappelant que ceux qui sont candidats ne sont ni en prison ni en fuite et que les convictions demeurent.

 

A l’écouter, le parti de l’épi et de la daba va surprendre dans ces législatives. Mais qu’en sera-t-il de la présidentielle, d’autant que la candidature du CDP, c’est-à-dire celle d’Eddie Komboïgo, a été rejetée? Le CDP va-t-il jeter son dévolu sur un autre candidat? Sur ce sujet, le principal animateur du point de presse se fera un peu elliptique en annonçant que des consignes de vote seraient données en temps opportun. Et apparemment, ce ne sont pas les démarches pour s’attirer leurs grâces qui manquent. Pour Mahamadi Lamine Kouanda, rien n’est à exclure, même s’il y a un «mais». «Une chose est sûre : les candidats de partis nés après le 31 décembre 2013 n’auront pas notre soutien», a-t-il prévenu. Ambiances …

 

Issa K. Barry

L'Observateur paalga

 

 

 

Mise à jour le Vendredi, 13 Novembre 2015 09:41
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net