Natama à Koungoussi : « 20% » du budget national pour les services sociaux de base PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Lundi, 16 Novembre 2015 04:55

Le candidat indépendant à l’élection présidentielle, Jean-Baptiste Natama,   dans son périple  pour la campagne, a fait une halte à Koungoussi, le jeudi 12 novembre 2015,  pour  tenir un meeting. La pêche aux voix de Jean-Baptiste Natama s’est poursuivie,  à Koungoussi, dans la nuit du jeudi 12 novembre 2015. Le chef-lieu de la province du Bam,  dans la région du Centre-Nord, a accueilli le candidat indépendant, aux environs  de 19h45mn après l’étape de Djibo.

Sur place, le candidat indépendant  s’est adressé,  en langue mooré,  aux militants de la région,  venus l’écouter. « Je ne viens pas  vous  demander de me suivre, car il se peut que je fuis vous laisser. Je vous propose plutôt d’unir nos forces,  car nous sommes tous les fils de ce pays,  et nul n’est au-dessus de l’autre », a déclaré Jean-Baptiste Natama devant la foule, rassemblée autour du grand  rond-point  de la ville de Kongoussi.  Pour lui, l’insurrection populaire de fin octobre 2014 traduit le désir de changement des Burkinabè,  et c’est justement ce qu’il leur propose à travers son projet pour une renaissance du Burkina Faso. « Le changement  que je vous propose place  les femmes, qui représentent  52% de la population, au cœur  du dispositif. La lutte contre la pauvreté et la misère des femmes est la condition sine qua nun pour le développement,  car elles sont le socle de la famille », a-t-il précisé.  Un discours, qui  a manifestement séduit l’assistance. En effet, une dame a réagi au message du candidat, en  soutenant que  l’argent gagné par certains hommes reste dans les bars.  Intervention, qui  a été fortement applaudie par la foule.   Dénonçant par la suite la répartition des ressources de l’Etat, Jean-Baptiste Natama  promet  d’inverser la tendance, en affectant  20% du budget national aux services sociaux de base  contre (10% actuellement) et de réduire le train de vie de l’Etat. «  A travers l’éducation obligatoire jusqu’à 16 ans, les soins gratuits  pour les enfants de 0 à 6 ans et  la vaccination de tous les enfants en une année, nous voulons construire les bases d’une nation en bonne santé et bien éduquée pour  participer au développement », a-t-il soutenu. Jean-Baptiste Natama a été également réceptif  aux doléances du représentant des jeunes de la province du Bam, Issaka Sawadogo, qui souhaite surtout une généralisation de la formation professionnelle en vue de garantir l’accès des jeunes à l’emploi.   Pour le candidat indépendant, soutenu par un collectif de partis politiques et d’organisations de la société civile, l’heure du changement a sonné.  « La lutte contre la corruption et les détournements de fonds et la réforme du système éducatif pour des curricula adaptés aux besoins du monde du travail vous assureront  des moyens de prendre soins de vos vieux parents qui ont tant peiné pour vous », a-t-il avancé.  Il a de fait invité tous les participants au meeting à être des relais  de son  message auprès de tous ceux qu’ils rencontreront. «  Faites en sorte  que Koungoussi embarque dans le train de la renaissance en votant pour moi  le 29 novembre prochain », a plaidé Jean-Baptiste Natama.

 

 

Les « hauts faits » de Natama relatés

Le membre du collectif Natama,  Arnaud Maré, a entretenu le public pendant une dizaine de minutes sur le parcours « exemplaire » de son candidat. De sa décoration au rang de commandeur de l’Ordre national à 21 ans par le  président Thomas Sankara à ses exploits lors de la guerre entre le Burkina Faso et le Mali,  jusqu’à  son poste de directeur de cabinet  de la présidente de l’Union africaine, aucun fait n’a été omis. « Ce monsieur est un serviteur du Faso, partout  où on l’envoie, il y va. C’est un candidat  qui a servi à Pô, à Bobo-Dioulasso, à Nouna,  à Gaoua, à Gorom-Gorom,  et à Dori.  C’est donc dire, qu’il connaît le quotidien des Burkinabè », a-t-il affirmé. Pour M. Maré, le poste de secrétaire permanent du Mécanisme africain d’évaluation  par les pairs(MAEP), que Jean-Baptiste Natama a aussi occupé,   lui a permis  de faire un diagnostic de la gouvernance politique, économique,  sociale  du Burkina  et d’envisager les remèdes aux maux détectés. Il a aussi évoqué l’expérience professionnelle de leur « champion » à l’international,  ce qui  lui a permis de se constituer un carnet d’adresses « riche ». Toute chose,  qu’il saura mettre au service du Burkina Faso, a-t-il conclu.

 

Nadège YE

Sidwaya

Mise à jour le Lundi, 16 Novembre 2015 05:33
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net