Maître Bénéwendé Sankara à Kaya : «Nous comptons construire ce pays sur un socle de sincérité…» PDF Imprimer Envoyer
Écrit par L'Observateur paalga   
Mardi, 17 Novembre 2015 05:07

Le candidat de l’Union pour la Renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS) à l’élection présidentielle, Maître Bénéwendé Stanislas Sankara, a tenu un meeting provincial à Kaya, chef-lieu du Sanmatenga, le vendredi 13 novembre 2015. Son programme de société «Alternative Sankariste» a été dévoilé aux militants et militantes mobilisés pour la circonstance.

C’est dans une ambiance aux slogans révolutionnaires et sous les clameurs «Me Bénéwendé Sankara au pouvoir !» que le candidat de l’UNIR/PS à l’élection présidentielle a été accueilli dans la soirée du 13 novembre dernier à la place Naaba Oubri de Kaya. Pour cette sortie kayalaise, il était pour l’occasion accompagné de son équipe de campagne et de la coalition des formations politiques qui soutiennent sa candidature.

 

Après un bain de foule de la vedette du jour, la cérémonie a débuté par l’exécution de l’hymne national et l’observation d’une minute de silence à la mémoire des martyrs de l’insurrection populaire et du récent putsch avorté. Ouvrant le bal des interventions, Rakièta Nacoulma/Simporé a, au nom des femmes, appelé particulièrement les électrices à sortir nombreuses le 29 novembre pour accomplir leur devoir citoyen.

« Il ne faut plus dire parce que vous n’avez rien à gagner, donc vous n’allez pas voter. Sortez voter et surtout, votez utile. Votez celui qui est capable d’améliorer vos conditions de vie, de vous garantir un avenir radieux, d’assurer un meilleur avenir pour vos enfants. Votez celui qui va faire de la santé des populations son cheval de bataille», a-t-elle dit.

Pour la porte-parole des femmes, la personne idéale pour assurer le bonheur aux Burkinabè parmi les 14 candidats en lice n’est autre que Me Sankara. Bulletin de vote en main, elle a expliqué comment choisir par les urnes le candidat du parti de l’œuf. Dans la même lancée, le président de la Fédération provinciale de l’UNIR/PS, Sayouba Ouédraogo, et le représentant de la coalition des partis politiques soutenant la candidature de Me Sankara, Romain Conombo, ont tous appelé la population du Sanmatenga à accorder leurs voix à l’homme politique qui s’est engagé depuis une quinzaine d’années à marcher avec le peuple sans jamais dévier.

Le coordonnateur régional de la campagne de l’UNIR/PS au Centre-Nord et, par ailleurs, tête de liste aux élections législatives au Sanmatenga, Samdpawendé Ouédraogo, a fait les éloges de Me Sankara. Il n’a pas manqué de demander aux populations d’achever leur insurrection populaire par une insurrection électorale. «Ne vous laissez pas embrouiller par les gens, par les différents dons sous forme de corruption notamment la distribution des billets de 1000 F et de motos», a-t-il insisté.

Les partisans du défenseur des idéaux du père de la Révolution burkinabè, feu Thomas Sankara, ont accueilli en héros le candidat au slogan «Pas un pas sans le peuple !». Micro en main, Me Sankara a pendant une trentaine de minutes, en langue nationale mooré et en français, expliqué son projet de société dénommé «Alternative sankariste». Pour lui, toutes les préoccupations de la population de la région telles que l’insécurité, le désenclavement, l’élevage, l’agriculture trouveront des solutions satisfaisantes s’il est élu président du Faso.

Le candidat sankariste entend faire de l’agriculture et de l’élevage un pilier de l’économie nationale. S’agissant de la filière cuirs et peaux, une potentialité économique de Kaya, Me Sankara a souligné que la création des conditions d’industrialisation permettra de développer ce secteur. Aussi, a-t-il ajouté, le bitumage des voies d’un chef-lieu de province à un autre facilitera les échanges économiques entre les différentes localités du pays.

«Je pense que les populations connaissent l’UNIR/PS et notre politique s’appuie sur un développement participatif (…). Nous comptons désormais construire ce pays sur un socle de sincérité, de vérité, d’honnêteté qui ont manqué à la politique d’antan. Il faut réhabiliter ces valeurs pour permettre une lutte contre la corruption qui va permettre à tout Burkinabè de profiter des fruits de la croissance», a-t-il conclu.

 

D. Windpouyré Ouédraogo

L'Observateir paalga

Mise à jour le Mardi, 17 Novembre 2015 05:19
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net