Elections présidentielle et législatives 2015: « Tout se passe bien », dixit Barthélémy Kéré Imprimer
Écrit par Sidwaya   
Lundi, 30 Novembre 2015 04:49

Les élections présidentielle et législatives ont débuté tôt le matin du 29 novembre 2015 sur tout le territoire national burkinabè. A la mi-journée, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Barthélémy Kéré, a animé une conférence  de presse aux environs de 12h30mn pour faire le point du déroulement des opérations de vote.

«Les opérations de vote se passent globalement bien dans un calme général sur l’ensemble du territoire national. Les agents de sécurité sont présents dans les bureaux de vote comme prévu. Aucun souci sécuritaire particulier ne nous a été signalé sauf de petits mouvements d’humeur qui ont été rapidement réglés ». C’est la situation à mi-parcours des opérations de vote que le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI),  Barthélémy Kéré, a présentée au cours d’une conférence de presse, le dimanche 29 novembre 2015, aux environs de 12h30mn. Il a néanmoins  souligné que quelques difficultés ont été observées dans certains bureaux de vote surtout dans la capitale Ouagadougou.  « Beaucoup de bureau de vote ont accusé un retard à l’ouverture. Cela est lié au retard dans le déploiement du matériel électoral. Il nous a été rapporté des cas où les électeurs ont eu des difficultés pour retrouver leur bureau de vote », a-t-il précisé. Nonobstant cela, le président de la CENI a indiqué que par inadvertance dans le bureau de vote n°1 de la Kompienga, les membres du bureau ont remis  une page de la liste d’émargement à un électeur illettré qui, après avoir voté, l’a introduite dans l’urne. Barthélémy Kéré a rassuré que cette question sera gérée au moment du dépouillement puisque l’urne ne peut être ouverte.

 

La CENI rassure l’ensemble des acteurs impliqués dans le processus électoral que des dispositions seront prises pour remédier à toutes ces difficultés le plus rapidement possible. « Les équipes mobiles munies de documents électoraux sont en service depuis ce matin pour, soit fournir le matériel, soit pour compléter le matériel manquant dans les bureaux de vote. A l’issue de ce point de presse nous allons nous mettre en contact avec ces équipes pour faire le point de la situation », a révélé le président de la CENI. Il a tenu à rassurer les électeurs que tant qu’ils seront dans la file d’attente pour exercer leur devoir civique, ils pourront voter quelle que soit l’heure. « Ce n’est pas parce qu’il est 18h que l’on va fermer les bureaux de vote. Tous vont voter jusqu’au dernier », a-t-il martelé. Avez-vous une idée du taux de participation à mi-parcours ? interroge un journaliste. A cette préoccupation, le président de la CENI s’est abstenu de donner des chiffres et a promis de donner une tendance à la clôture des bureaux de vote. Les autres préoccupations des médias ont été le transport des urnes avec des engins à deux roues et le motif de l’ouverture tardif de certains bureaux de vote. A cela Barthélémy Kéré s’est voulu on ne peu plus clair : « nous utilisons les moyens dont nous disposons. Lorsque nous avons déployé le matériel dans les différentes communes, il y avait la possibilité de les envoyer soit par les tricycles soit par des motos avec l’accompagnement des agents de sécurité dans la plupart des communes. Cela s’est bien passé. Le retard de l’ouverture des bureaux est dû soit au retard dans le déploiement des matériels, soit aux conditions aléatoires telles que les accidents de circulation », a-t-il relevé. Il a demandé l’indulgence de tous et a promis que d’ici le second point de presse prévu à 19h, tout rentrera dans l’ordre.

 

Somborigna Djélika DRABO

--------------------------------------------------------------------------------

Les recours devant le Conseil constitutionnel après la clôture du scrutin

Le Conseil constitutionnel aux termes des dispositions constitutionnelles et du code électoral est juge du contentieux des consultations nationales (élections présidentielle et législatives). Il proclame en outre les résultats définitifs de ces élections. Les délais de recours contentieux sont réduits et de même que les délais impartis au Conseil constitutionnel pour statuer après les scrutins. Ainsi :

 

Élection du Président du Faso

Avant la proclamation des résultats provisoires  par la CENI

Tout candidat au scrutin peut contester la régularité des opérations sous la forme d’une requête adressée au Président du Conseil constitutionnel dans les quarante huit heures suivant la publication provisoire des résultats du scrutin (art 149 du code électoral). Le Conseil constitutionnel dispose d’un délai de huit (08) jours pour statuer (art. 152).

 

Après la proclamation des résultats provisoires par la CENI

Les recours sont reçus au Conseil constitutionnel dans les sept jours qui suivent la publication des résultats provisoires (art 98 alinéa 2  du code électoral). Le Conseil constitutionnel statue et proclame les résultats définitifs dans les quinze jours qui suivent l’expiration du délai imparti pour les recours (ce délai est de sept (07) jours).

 

Élections législatives

Avant la proclamation des résultats provisoires par la CENI

Le recours contre la régularité du scrutin peut être formé devant le Conseil constitutionnel par tout citoyen dans les soixante-douze (72) heures suivant la clôture du scrutin (article 194 du code électoral).

Le recours contre la régularité du dépouillement peut être formé devant le Conseil constitutionnel par tout citoyen dans les soixante-douze (72) heures à compter du lendemain du scrutin à sept (07) heures (art. 195 du code électoral)

Le Conseil constitutionnel statue dans les huit (08) jours de sa saisine (dans tous les deux (02) cas de sa saisine art. 196 du code électoral).

 

Après la proclamation des résultats provisoires par la CENI

Le recours contre les résultats provisoires proclamés par la CENI peut être formé par tout candidat au scrutin dans les sept (07) jours à compter de la proclamation des résultats (art. 199 du code électoral).Le Conseil constitutionnel statue dans les huit (08) jours qui suivent le dépôt de la requête. Son arrêt emporte proclamation définitive des résultats (art 201 alinéa 1 du code électoral).

 

Les résultats définitifs aux élections législatives sont proclamés par le Conseil constitutionnel dans les quinze (15) jours qui suivent l’expiration du délai imparti pour les recours relatifs aux résultats provisoires (article 98 du code électoral).

 

La Direction de la Communication et de la Presse

Sidwaya

 

 

 

 

Mise à jour le Lundi, 30 Novembre 2015 04:57