Editorial: Cinéma burkinabè où es-tu ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Lundi, 04 Mars 2013 06:11

Les lampions se sont éteints ce 2 mars sur la 23e édition du FESPACO. En attendant le bilan des organisateurs, on peut d’ores et déjà soutenir que l’édition 2013 du FESPACO a été une grande fête, une réussite. Malgré la mauvaise publicité gratuite faite par les barbus au détriment de notre sous-région, le festival a connu une grande affluence. Et comme tout festival qui se respecte, le FESPACO a répondu à l’attente des cinéphiles en leur offrant de très belles affiches et un programme d’ensemble alléchant. La polémique était également au rendez-vous avec le débat sur le numérique ! Oui, sacré numérique !

Fermez-lui la porte, il vous revient par la fenêtre. Ces remous qu’il faut accueillir avec une hauteur de vue, sont la preuve que dans la vie comme dans la fiction, rien n’est définitivement acquis une fois pour toute. Croire le contraire, c’est se payer de grosses difficultés à moindre frais. Ce FESPACO-là a eu également le mérite de faire indirectement le diagnostic du cinéma et des cinéastes du Burkina. Et à ce niveau, on a comme l’impression, vu la moisson, que le mal est profond. Le milieu du cinéma au Burkina est peuplé beaucoup plus par des « has been », des anciennes gloires que par des espoirs. Cela peut choquer mais, il faut le dire. Sans une remise en cause profonde, sans une sorte d’électrochoc, on court le risque de voir le cinéma burkinabè mourir. Ce ne sont pas les films à deux balles qui vont réécrire l’histoire glorieuse du cinéma burkinabè. La période où le cinéma bénéficiait de grandes subventions ou de facilités de financement, relève du passé. Aujourd’hui, le nombre de cinéastes s’est accru pendant que les sources de financement sont restées les mêmes sinon, ont tari du fait des successives crises économico-financières. Alors, question : que fait-on en pareil cas ? Réponses : être plus sélectif ; donner la chance à ceux qui n’en avaient jamais bénéficié. Or à ce jeu-là, le cinéma burkinabè ne semble pas le mieux préparé. Les acquis n’ont pas été préservés. La capitalisation des expériences, des forces, des capacités… n’a presque pas eu lieu. Une industrie du cinéma n’a pas été mise en place. Les infrastructures ont été déstructurées, bradées, détruites, les équipements sont vétustes. Que reste-il du cinéma burkinabè ? Le FESPACO.

Heureusement qu’à ce niveau, la maison a toujours été bien gardée. « Rien n’est jamais acquis à l’homme ni sa force ni sa faiblesse », a écrit Brulo Garlatti dans son ouvrage intitulé « Rien ». En effet, tout est en perpétuel changement. Tout est en mutation. Tout bouge. Si la terre elle-même tourne, ce n’est certainement pas nous, simples mortels, des microcosmes dans un macrocosme qui pouvons arrêter la marche des choses ! Réfuter cette thèse, c’est donner raison à ce proverbe africain selon lequel « l’arbre que la tempête va renverser ne voit pas l’orage qui se prépare ». Mieux vaut, à notre avis, s’inscrire dans la logique de Cheick Hamidou Kane : « La pensée de la mort tient le croyant éveillé ».

Au Burkina Faso, certains d’entre nous n’ont pas encore compris que l’ère des victoires solitaires est révolue. Et cela vaut surtout dans le cinéma, un travail à la chaîne… Le récent succès de notre équipe nationale de football à la Coupe d’Afrique des nations est la preuve que quand on se met ensemble, on peut réussir de grandes choses. Même si là aussi, d’aucuns parlent de succès d’un « petit Burkina », notre avis est que mieux vaut un petit pays qui gagne qu’un grand pays qui est souvent la risée du monde dans bien de domaines. Passons.

Pour le cinéma burkinabè, depuis quelques temps, les FESPACO se suivent et se ressemblent. Les attentes sont grandes mais à l’arrivée, les résultats sont maigres. Même si la maigreur n’est pas aussi difficile à porter que l’obésité, il est des circonstances dans lesquelles mieux vaut faire le choix de l’obésité.

On ne peut réussir de grandes choses avec de petites ambitions. Pendant que le cinéma burkinabè se débat ou « se cherche » comme aiment à le dire certains cinéastes du pays (« on se cherche »), ailleurs, on semble être dans une meilleure posture (« on s’est retrouvé »). Et les résultats l’attestent. Le Gabon, pays invité d’honneur du présent FESPACO a montré qu’une organisation était en place et que les fruits sont à venir. Tout porte à croire que dans ce pays, le cinéma, ce n’est pas du cinéma. Le Sénégal qui était là dès les premières heures du FESPACO et dont les acteurs (comédiens, musiciens, réalisateurs…) ont contribué à rehausser la biennale du cinéma africain, a enfin réussi à se hisser sur la plus haute marche du podium. Comme quoi, le passé doit déterminer le présent et surtout qu’on ne peut pas s’appuyer sur du vide pour s’élever. Pendant ce temps, le cinéma burkinabè se cherche. Pendant que dans les pays francophones en général, une bonne organisation en matière de cinéma tarde à se mettre en place, pendant que le printemps arabe consacre, dans certains pays, l’automne du cinéma, pendant que les pirates de l’art ne se sont jamais autant bien portés, pendant ce temps donc, dans les pays africains qui ont « eu la chance » d’être colonisés par les Anglais, la production cinématographique bat son plein. Au Ghana, au Nigéria (pour ne citer que ces deux-là), l’industrie du cinéma n’est pas une fiction. Dans ces pays, le cinéma est un véritable business, pourvoyeur d’emplois et de richesses.

Bref !

Espérons que la revalorisation annoncée des prix du FESPACO va enfin sortir le cinéma burkinabè de son profond sommeil. Espérons que les jeunes qui, contre vents et marrées, ont tiré leur épingle du jeu à ce FESPACO ne sombreront pas dans l’autosatisfaction. Espérons que dans un proche avenir, on pourra dire du cinéma burkinabè qu’il a souffert mais grandi.

 

Rabankhi Abou-Bâkr ZIDA

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Sidwaya

 

Mise à jour le Lundi, 04 Mars 2013 06:24
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net

 

Recherche

Annonces et agenda

17e édition de la Journée nationale du Paysan: Le comité d’organisation à pied d’œuvre

Le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire(MASA), Mahama Zoungrana, a installé le 13 janvier 2014, à Ouagadougou, le comité national d’organisation de la 17e édition de la Journée nationale du paysan(JNP), prévue pour se tenir du 3 au 5 avril 2014 à Fada N’Gourma. A moins de trois mois de la tenue de la 17e édition de la Journée nationale du paysan (JNP), les membres du comité national d’organisation ont été installés le 13 janvier 2014 par le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire (MASA) , Mahama Zoungrana.

Lire la suite...
 
JPEX 2013 : Journée Parcours de l’Excellence, 2eme édition

Dates et lieu: Ven. 6 décembre et sam. 7 décembre 2013-11-13 à l’Ambassade du Burkina Faso - 159 Boulevard Haussmann, 75008 Paris

Thème : « Emploi et Investissement en Afrique : Les perspectives d’un développement durable »

Pour plus d’informations, voir : www.laceb-agora.com

Lire la suite...
 
De l’huile frelatée saisie

Il n’y a pas longtemps, des bidons d’huile frelatée ont été saisis par les forces de police à Bobo-Dioulasso. Une opération du même type à Ouagadougou a aussi permis de mettre le grappin sur des bidons d’huile de vidange distillée et destinée à la consommation. Ces produits impropres à la consommation sont dommageables à la santé des consommateurs. Les impuretés peuvent s’accumuler dans les vaisseaux sanguins, s’attaquer au foie et prédisposer les consommateurs aux maladies cardiovasculaires. Ces deux saisies ne sont pas des faits isolés et en appellent à plus de ténacité dans la lutte contre la contrefaçon des produits alimentaires. C’est le lieu d’inviter les consommateurs à plus de vigilance et à collaborer avec les services impliqués dans la lutte contre ces produits illicites, car il y va de leur santé.

Nestor BAKI

Sidwaya

 

Bannière 2D Solutions

Bannière

Petites annonces

Bannière

Meteo

Prévisions météo Ouagadougou