Etalon d'Or de Yennenga: Le Sénégal, pour la première fois PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Lundi, 04 Mars 2013 06:11

Le film "Tey" (Aujourd’hui), du Sénégalais Alain Gomis, a remporté le samedi 2 mars 2013, l’Etalon d’or de Yennenga, la récompense majeure du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco). Pour la première fois, le pays de Sembène Ousmane soulève la récompense suprême du Fespaco. Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), qui a accueilli à sa 23e édition, plus d’un millier de cinéastes, comédiens et producteurs, s’est achevé le samedi 2 mars 2013 avec le sacre de « Tey » (Aujourd’hui en langue wolof), du réalisateur sénégalais, Alain Gomis.

« Tey » raconte la fin sur terre d’un héros nommé Satché qui mène une réflexion sur la vie et la mort. Selon le synopsis, Satché sait qu’il va mourir ce soir et accepte avec beaucoup de courage son imminente fin. Il entreprend alors de parcourir les rues de son passé à Dakar. Tour à tour, il visite ainsi la maison de ses parents, son premier amour, ses amis d’enfance, avant de finir par se réfugier auprès de sa femme et de ses enfants…

Elu à l’unanimité, le film « Tey » succède à « Pégase » de Mohamed Mouftakir, meilleur long métrage en 2011.

Le lauréat de 2013, Alain Gomis, a reçu l’Etalon d’or de Yennenga des mains du président du Faso Blaise Compaoré qui a assisté à la cérémonie de clôture, au stade du 4-Août, en présence d’environ 20.000 spectateurs.

Franco-sénégalais, d’origine bissau-guinéenne, Alain Gomis s’est dit heureux d’apporter au Sénégal son premier Etalon d’or, tout en remerciant le jury, présidé par la réalisatrice martiniquaise Euzhan Palcy. « Moi qui suis fait de morceaux de Guinée-Bissau, de France, de Sénégal, je suis très heureux et très fier de pouvoir apporter le premier Etalon d’or au Sénégal », a-t-il lancé après avoir reçu son prix. « C’est un grand honneur et beaucoup d’émotion pour moi. On est venu en avion et on repart à cheval, mais on est très content », a-t-il plaisanté plus tard, en faisant allusion à son trophée qui représente la princesse Yennenga sur un cheval.

Celui qui dit avoir été attiré au cinéma par Djibril Diop Mambéty, a également salué les 19 autres œuvres en compétition, tout en ayant une pensée pour le réalisateur burkinabè Gaston Kaboré et pour tous ceux qui l’ont soutenu dans la réalisation de ce film. Pour la présidente du jury, Euzhan Palcy, ce film s’est distingué par son originalité et la parfaite maîtrise de la technique cinématographique de son réalisateur. Selon elle, il n’y a pas eu de difficultés dans le choix du film, car tout le jury était « unanime » et est sorti de sa projection "très enchanté".

L’Etalon d’argent a été décerné à « Yema », un film sur l’islamisme, de l’Algérienne Djamila Sahraoui, présenté par la présidente du grand jury, comme une « tragédie antique et contemporaine » sur une famille brisée par un attentat islamiste. Le film sur l’immigration clandestine, à travers un voyage cauchemardesque au bord de « La pirogue » du Sénégalais Moussa Touré, a décroché l’Etalon de bronze. Un prix que le réalisateur a dédié à la jeunesse sénégalaise en général, et africaine en particulier.

Maigre moisson pour le Burkina

Au palmarès officiel de la 23e édition du Fespaco, le Burkina Faso n’aura récolté que quatre distinctions. D’abord, le prix de la meilleure interprétation féminine décerné à Mariam Ouédraogo dans "Moi Zaphira" de Apolline Traoré. « Je suis tellement émue et heureuse car, c’est mon premier prix, mon premier bébé au Fespaco et j’espère en avoir d’autres. Mais là, je crois que je vais prendre deux jours pour m’en remettre, car je ne m’attendais pas à cela. C’est vraiment énorme pour moi », a lancé la jeune actrice. Elle a dédié son prix à sa mère et à la réalisatrice Apolline Traoré qui, selon elle, lui a tout appris dans le domaine du 7è art.

Le Burkina a aussi décroché le prix du meilleur film-fiction des écoles de cinéma, attribué à Jean Baptiste Pazouknam Ouédraogo de l’Institut supérieur de l’image et du son/Studio école (ISIS/SE) pour « Une partie de nous ». L’étudiant, le plus timide des réalisateurs comme il se présente, a dédié son prix à tous ces jeunes cinéastes qui triment « à se rendre malades pour que leurs projets voient le jour ». Par ailleurs, la série « Waga Love » de Guy Désiré Ouédraogo, a reçu le prix spécial du jury, tandis que la veille, c’est le court métrage « Zamaana » (Il est temps) de Zalissa Zoungrana-Babaud qui recevait le prix spécial Graines de baobab de l’association Wamdé(calebasse). Le film « Congé de mariage » de Boubakar Diallo aura quant à lui, retenu l’attention des jurys qui lui ont attribué le prix spécial du Conseil supérieur de la communication et une mention spéciale.

 

Une révolution pour 2015

Le 23e FESPACO a refermé ses portes sous de meilleurs auspices. Alors que certains critiques et cinéastes relevaient le besoin d’intégrer le numérique dans la compétition officielle long métrage, le délégué général du Fespaco, Michel Ouédraogo, a annoncé des réformes majeures pour la prochaine édition. Il s’agit entre autres, de l’ouverture de la compétition officielle aux films de la diaspora. Il s’agit surtout, de la compétition long métrage 35 millimètres qui s’ouvre enfin au format numérique. Les débats sur cette dernière question ont toujours été posés dès l’arrivée du numérique dans le cinéma, mais ont toujours tourné en faveur du maintien du statu quo. Les réformes pour le prochain Fespaco, plus qu’une innovation, sonnent comme une révolution.

En effet, les prix récompensant les Etalons vont passer du simple au double, selon le délégué général. Ainsi, dès la prochaine édition du festival panafricain, qui se tiendra du 28 février au 7 mars 2015, le lauréat de l’Etalon de bronze empochera la somme de 5 millions au lieu de 2 millions F CFA, tandis que l’Etalon d’argent passera de 5 millions à 10 millions F CFA, a expliqué M. Ouédraogo. Quant au film sacré Etalon d’or, il recevra un montant de 20 millions F CFA, soit le double du montant actuel, a-t-il poursuivi.

Le côté spectacle de la cérémonie de clôture a été marqué par la représentation de « Le masque », le spectacle officiel, chorégraphié par le Burkinabè Seydou Boro, tout comme le spectacle d’ouverture (Wakatt).

Il y a eu également la prestation du duo Cysby et Eldji, de Safoura Delta et du célèbre groupe ivoirien Magic System, dans un « show » ahurissant.

Ce groupe a su replonger les festivaliers dans la nostalgie, en revisitant les tubes à succès de son répertoire. La 23e biennale du cinéma africain s’est achevée par des cris de joie alimentés par un gigantesque feu d’artifice. Créé en 1969, le Fespaco a retenu pour cette 23e édition, 101 films pour les sept catégories du jury officiel. Tous les jurys ont été présidés par des femmes. On n’oubliera pas de si tôt, le triomphe historique du Sénégal, offrant au Sénégal l’Etalon d’or de Yennega, outre l’Etalon d’honneur de Sembène dont le nom reste à jamais collé au Fespaco.

 

Armel BAILY

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Abdel Aziz NABALOUM

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


Palmarès officiel de la 23e édition du Fespaco

Long métrage

 

  • Etalon d’or : « Tey » (Aujourd’hui) de Alain Gomis (Sénégal)
  • Etalon d’argent : « Yema » de Djamila Sahraoui (Algérie)
  • Etalon de bronze : « La pirogue » de Moussa Touré (Sénégal)

 

Court métrage

 

  • Poulain d’or : « Les Souliers de L’Aid » de Anis Lassoued (Tunisie)
  • Poulain d’argent : « La photographie » de David Randriamanana (Madagascar)
  • Poulain de bronze : « Dialemi (Elle s’amuse) » de Nadine Otsobogo (Gabon)

 

Prix des séries TV

 

  • Prix de la meilleure œuvre de fiction : « Zamora » de Bhanji Shams (Tanzanie)
  • Prix de la meilleure série télévisuelle : « L’œil de la cité » de Samantha Biffot (Gabon)

 

Prix spécial du jury : « Beyond the picket line » de Lentsoe Serote (Afrique du Sud)

Meilleur film de la diaspora

 

  • Prix Paul Robeson : « Le bonheur d’Elza » de Mariette Monpierre (Guadeloupe)
  • Prix Oumarou Ganda : « Les enfants de troumaron » de Harrikrisna et Sharvan Anenden (Ile Maurice)

 

Prix des films documentaires

 

  • 1er prix : « Même pas mal » de Nadia EL Fani (Tunisie)
  • 2e prix : « Calypso rose » de Pascale Obolo (Cameroun)
  • 3e prix : « Président Dia » de Ousmane William Mbaye (Sénégal)

 

Prix techniques et artistiques

 

  • Prix de la meilleure interprétation féminine : Mariam Ouédraogo dans « Moi Zaphira », Apolline Traoré (Burkina Faso)
  • Meilleure interprétation masculine : William Saul Satché dans « Tey » (Aujourd’hui) de Alain Gomis (Sénégal)
  • Meilleur scénario : « Les chevaux de Dieu » de Nabil Ayouch (Maroc)
  • Meilleure image : « Yema » de Djamila Sahraoui (Algérie)
  • Meilleure affiche : « Le collier du Makoko » de Henri Joseph Koumba Bididi (Gabon)
  • Meilleur son : « Le collier du Makoko » de Henri Joseph Koumba Bididi (Gabon)
  • Meilleur montage : « How to steal 2 millions » de Charlie Vundla (Afrique du Sud)
  • Meilleure décor : « Zabana » de Saïd Ouldkhelifa (Algérie)
  • Meilleure musique : « Zabana » de Saïd Ouldkhelifa (Algérie)

 

Prix des institutions et Etats

 

  • Prix des Etats-Unis d’Amérique : « La pirogue » de Moussa Touré (Sénégal)
  • Prix CEDEAO : « La pirogue » de Moussa Touré (Sénégal)
  • Prix Union européenne (UE) : « Por aqui tudo bem » de Pocas Pascoal (Angola)
  • Prix de l’Union africaine : « Toiles d’araignées » de Ibrahima Touré (Mali)

 

Prix des écoles de cinéma

 

  • Prix spécial du jury des écoles : « Rencontre virtuelle » de Ayéman Aymar Esse de l’ISMA (Bénin)
  • Prix du meilleur film-fiction des écoles : « Une partie de nous » de Jean-Baptiste Ouédraogo de l’ISIS/SE (Burkina)
  • Prix du meilleur documentaire des écoles : « Hawan- Idi » de Amina Mamani- Abdoulaye de l’IFTIC (Niger

Source: Sidwaya

 

 

Mise à jour le Lundi, 04 Mars 2013 06:24
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net

 

Recherche

Annonces et agenda

17e édition de la Journée nationale du Paysan: Le comité d’organisation à pied d’œuvre

Le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire(MASA), Mahama Zoungrana, a installé le 13 janvier 2014, à Ouagadougou, le comité national d’organisation de la 17e édition de la Journée nationale du paysan(JNP), prévue pour se tenir du 3 au 5 avril 2014 à Fada N’Gourma. A moins de trois mois de la tenue de la 17e édition de la Journée nationale du paysan (JNP), les membres du comité national d’organisation ont été installés le 13 janvier 2014 par le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire (MASA) , Mahama Zoungrana.

Lire la suite...
 
JPEX 2013 : Journée Parcours de l’Excellence, 2eme édition

Dates et lieu: Ven. 6 décembre et sam. 7 décembre 2013-11-13 à l’Ambassade du Burkina Faso - 159 Boulevard Haussmann, 75008 Paris

Thème : « Emploi et Investissement en Afrique : Les perspectives d’un développement durable »

Pour plus d’informations, voir : www.laceb-agora.com

Lire la suite...
 
De l’huile frelatée saisie

Il n’y a pas longtemps, des bidons d’huile frelatée ont été saisis par les forces de police à Bobo-Dioulasso. Une opération du même type à Ouagadougou a aussi permis de mettre le grappin sur des bidons d’huile de vidange distillée et destinée à la consommation. Ces produits impropres à la consommation sont dommageables à la santé des consommateurs. Les impuretés peuvent s’accumuler dans les vaisseaux sanguins, s’attaquer au foie et prédisposer les consommateurs aux maladies cardiovasculaires. Ces deux saisies ne sont pas des faits isolés et en appellent à plus de ténacité dans la lutte contre la contrefaçon des produits alimentaires. C’est le lieu d’inviter les consommateurs à plus de vigilance et à collaborer avec les services impliqués dans la lutte contre ces produits illicites, car il y va de leur santé.

Nestor BAKI

Sidwaya

 

Bannière 2D Solutions

Bannière

Petites annonces

Bannière

Meteo

Prévisions météo Ouagadougou