Investiture du président ghanéen : Nana Akufo-Addo s’attaque à la corruption PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Lundi, 09 Janvier 2017 10:10

Le nouveau président de la République du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo et son vice-président, Dr Mahamudu Bawumia ont prêté serment, le samedi 7 janvier 2017, à Accra. Ainsi, ils sont investis dans leurs fonctions  pour un mandat de 4 ans, en présence d’une dizaine de chefs d’Etat dont le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

Accra, la capitale du Ghana, était dans une ambiance des grands jours, le samedi 7 janvier 2017. En effet, c’était le jour de l’investiture du président nouvellement élu du pays, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo et son vice-président, Dr Mahamudu Bawumia. Ce fut également la prise de fonction des membres du Parlement ghanéen. Une dizaine de chefs d’Etat africains ont pris part à cette cérémonie solennelle. Il s’agit du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire, Ibrahim Boubacar Kéïta du Mali, Faure Gnassingbé du Togo, Ali Bongo Ondimba du Gabon, Ellen Johnson Sirleaf du Libéria, Idriss Déby du Tchad, Muhammadu Buhari du Nigéria, Patrice Talon du Bénin, Alpha Condé de la Guinée, José Mario Vaz de la Guinée Bissau,  Faustin-Archange Touadéra de la Centrafrique et Maky Sall du Sénégal.

 

Il est 9h50mn, des artères de la ville menant au ‘’Black Star Square’’, lieu de la cérémonie, sont bondées de monde. Une foule en liesse a déjà envahi les gradins de la place des quatre côtés. Les sons de tam-tams et des vouvouzélas fusaient de partout. 10h25mn, le 5e président de la IVe République du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo fait son entrée. Des acclamations jaillissent des quatre coins du «Black Star Square’’. C’est le début du moment solennel de la cérémonie. Le vice-président, Dr Mahamudu Bawumia, a tout d’abord prêté serment devant le peuple ghanéen. Il a juré de respecter la Constitution et de servir avec loyauté son pays. Après quoi, le président de la troisième alternance au Ghana depuis l’an 2000, s’est présenté devant la Cour de la justice pour sa prestation de serment. «Au nom de Tout-puissant Dieu, je jure  de servir avec loyauté et intégrité le peuple ghanéen. Je m’engage à respecter, à défendre et à protéger la Constitution de mon pays», a déclaré Nana Addo Dankwa Akufo-Addo. Il a affirmé sa disponibilité pour la population ghanéenne. Et les acclamations fusent de plus bel. S’en est suivi l’hymne national du Ghana entonné en cœur dans les gradins. Aussitôt installé, le nouveau locataire du «Flag Staff House» (palais présidentiel du Ghana) s’est adressé à sa nation. Il a, dès l’entame de son discours, félicité le peuple ghanéen pour la confiance placée  en lui pour diriger le pays durant les quatre ans à venir. Il a également traduit sa reconnaissance aux chefs d’Etat africains qui lui ont fait l’honneur par leur présence à cette cérémonie. M. Akkufo-Addo les a invités à  veiller à l’intégration réelle des pays africains. Il a, par ailleurs, rendu hommage aux anciens présidents de son pays dont le sortant, John Dramani Mahama pour son humilité et sa sagesse.

 

«Il est temps de rêver à un Ghana nouveau»

A l’endroit de son peuple, il a été clair : «Il n’y a pas de prétexte que le Ghana soit pauvre après 60 ans d’indépendance. Nous demandons à tous les acteurs de s’unir pour un développement réel du pays. Nous n’allons pas baisser les bras. Les besoins de la jeunesse seront satisfaits». Un tonnerre d’applaudissements, en guise d’approbation, l’oblige à marquer un arrêt avant de reprendre : «Laisser tomber les clivages politiques et œuvrer à une unité d’actions pour le bien-être des populations». Il est temps, a-t-il soutenu, de rêver à un Ghana nouveau. Pour cela, le nouveau président s’est engagé à réduire les taxes, notamment le coût de l’électricité. Concernant l’incivisme, il a exhorté son peuple au respect des lois et des biens publics. «Durant mon mandat, je veillerai à ce que les Ghanéens vivent à l’aise», a-t-il souligné. Il a promis de faire de la lutte contre la corruption et la vie chère son cheval de bataille, puisque le Ghana était parmi les pays d’Afrique les plus corrompus en 2016.

La présidente du Libéria, Ellen Johnson Sirleaf, en sa qualité de présidente en exercice de la CEDEAO, a demandé au peuple ghanéen d’œuvrer à la préservation de la paix. Elle l’a félicitée pour cette élection présidentielle réussie une fois de plus dans ce pays.

Le président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, en tant qu’invité d’honneur, a reconnu les mérites de son homologue ghanéen. Il a aussi salué la bonne fois du président sortant, John Dramani Mahama. Le président ivoirien entend renforcer la bonne collaboration qui existe déjà entre son pays et le Ghana. Du reste, les félicitations du nouveau président ghanéen ont été le dernier acte de la cérémonie.

Le président  Akufo-Addo avait remporté, le 9 décembre 2016, l’élection présidentielle sous la bannière du Nouveau parti démocratique (NPP) avec 53,8 % des votes contre 44,4 % pour le sortant John Dramani Mahama.

Agé de 72 ans, le président élu a été ministre des Affaires étrangères et de la Justice dans les précédents gouvernements dirigés par le NPP, entre 2001 et 2009. À deux reprises, en décembre 2008 puis en décembre 2012, il avait été battu de justesse à l'élection présidentielle.

 

Kowoma Marc DOH

(De retour d’Accra)

Sidwaya

Mise à jour le Lundi, 09 Janvier 2017 10:24
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net