Attaque d’un camp militaire au Niger : Les dirigeants dissertent, les terroristes tuent PDF Imprimer Envoyer
Écrit par L'Observateur paalga   
Vendredi, 24 Février 2017 10:20

Qui étaient-ils ? D’où étaient-ils venus ? Jusqu’à hier en début de soirée, il était encore difficile de répondre à ces questions puisque le forfait n’avait toujours pas été revendiqué. Le constat est en tout cas là. Effroyable comme toujours. Onze soldats dont un officier tués, quatre véhicules brûlés et sept pick-ups emportés. Tel est le bilan de l’attaque terroriste qui a frappé le mercredi 22 février 2017 en tout début de soirée un poste militaire avancé du département d’Ouallam dans la région de Tillabéri, aux confins de la frontière nigéro-malienne.

Et comme cela est souvent le cas, une fois leur forfait commis, les assaillants ont eu le temps de disparaître dans la nature. Et dans le cas d’espèce, ils se seraient évaporés avec d’autant plus d’aisance que les renforts venus de Niamey ne sont partis à leur recherche qu’au petit matin du jeudi. Une entreprise certes nécessaire par acquis de conscience, mais vouée à l’échec car avec une telle avance, on se demande comment les terroristes pouvaient encore être rattrapés.

 

Et quand bien même la signature de l’attaque n’aurait pas été identifiée, pas besoin d’être géomancien pour taper le sable de ce vaste désert nigérien pour supputer que tout cela porte la griffe de l’une ou l’autre des nombreuses filiales de la multinationale du terrorisme qui s’en donnent à cœur joie dans le Sahelistan, passant d’un pays à l’autre avec une aisance d’autant plus déconcertante, que nos armées sont dans la plupart des cas mal équipées, mal entraînées et mal préparées à cette guerre asymétrique. Et pour ne rien arranger, les complicités locales rendent la riposte encore plus difficile.

Cette nouvelle tragédie nigérienne en rappelle bien d’autres comme l’attaque le 16 décembre 2016 à Nassoumbou, dans le Sahel burkinabè, d’un poste avancé de l’armée burkinabè qui avait fait alors 12 morts et de nombreux blessés. A peine deux mois sont passés et c’est maintenant le tour du Niger, comme si les narco-djihadistes s’adonnaient dans une impunité totale à une ronde macabre dans les pays de la ligne de front que constituent le Mali, le Niger et le Burkina.

Les concertations entre forces de défense et de sécurité, services de renseignement, ministres et même présidents s’enchainent sans que soit trouvée ne serait-ce que l’ébauche d’un traitement efficace contre ce cancer qui menace la paix et la sécurité de toute la sous-région.

Pas plus tard que le 6 février dernier, les chefs d’Etat du G5 Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad et Mauritanie) s’étaient à nouveau retrouvés à Bamako pour mettre en œuvre l’indispensable mutualisation de leurs moyens sans laquelle toute victoire demeure illusoire. La riposte est en bonne voie, mais force est de reconnaître qu’on demande encore à voir…

Et pendant que les dirigeants politiques, les experts militaires et les ronds-de-cuir de la lutte contre le terrorisme dissertent à n’en pas finir, l’ennemi, lui, est sur le terrain et continue de faire couler le sang. Bien malin qui pourra prédire quand cette hémorragie prendra fin.

 

H. Marie Ouédraogo

L'Observateur paalga

 

 

 

 

Mise à jour le Vendredi, 24 Février 2017 10:53
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net

 

Recherche

Annonces et agenda

17e édition de la Journée nationale du Paysan: Le comité d’organisation à pied d’œuvre

Le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire(MASA), Mahama Zoungrana, a installé le 13 janvier 2014, à Ouagadougou, le comité national d’organisation de la 17e édition de la Journée nationale du paysan(JNP), prévue pour se tenir du 3 au 5 avril 2014 à Fada N’Gourma. A moins de trois mois de la tenue de la 17e édition de la Journée nationale du paysan (JNP), les membres du comité national d’organisation ont été installés le 13 janvier 2014 par le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire (MASA) , Mahama Zoungrana.

Lire la suite...
 
JPEX 2013 : Journée Parcours de l’Excellence, 2eme édition

Dates et lieu: Ven. 6 décembre et sam. 7 décembre 2013-11-13 à l’Ambassade du Burkina Faso - 159 Boulevard Haussmann, 75008 Paris

Thème : « Emploi et Investissement en Afrique : Les perspectives d’un développement durable »

Pour plus d’informations, voir : www.laceb-agora.com

Lire la suite...
 
De l’huile frelatée saisie

Il n’y a pas longtemps, des bidons d’huile frelatée ont été saisis par les forces de police à Bobo-Dioulasso. Une opération du même type à Ouagadougou a aussi permis de mettre le grappin sur des bidons d’huile de vidange distillée et destinée à la consommation. Ces produits impropres à la consommation sont dommageables à la santé des consommateurs. Les impuretés peuvent s’accumuler dans les vaisseaux sanguins, s’attaquer au foie et prédisposer les consommateurs aux maladies cardiovasculaires. Ces deux saisies ne sont pas des faits isolés et en appellent à plus de ténacité dans la lutte contre la contrefaçon des produits alimentaires. C’est le lieu d’inviter les consommateurs à plus de vigilance et à collaborer avec les services impliqués dans la lutte contre ces produits illicites, car il y va de leur santé.

Nestor BAKI

Sidwaya

 

Bannière 2D Solutions

Bannière

Petites annonces

Bannière

Meteo

Prévisions météo Ouagadougou