RDC : Sermon à des hommes de peu de foi PDF Imprimer Envoyer
Écrit par L'Observateur paalga   
Mardi, 28 Février 2017 08:24

Ils ont beau avoir le sens de la mesure, de la pondération et de la retenue, les hommes d’Eglise n’ont pas pour autant du lait dans les veines. Et ceux de la République démocratique du Congo sont de plus en plus agacés, voire irrités du comportement de la classe politique. Tels des pasteurs qui n’en peuvent plus de conduire des brebis réfractaires qui refusent obstinément d’aller dans le droit chemin qu’on leur montre. Et ils ont fini par le faire savoir en mettant ces hommes de peu de foi devant leur fait.

Après être rentrée conclave la semaine dernière pour décider de sa conduite à tenir, la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) a, en effet, fini par mettre les pieds dans le plat.

 

Ce lundi 27 février, elle a, dans une longue épitre adressée à la classe politique, dit «non au blocage» et appelé les responsables politiques à «un sursaut patriotique» pour que l’accord de la Saint-Sylvestre soit enfin mis en œuvre.

Il est vrai que, depuis sa conclusion, l’arrangement politique managé par les prélats est resté lettre morte et au stade de vœu pieux. Les différentes parties signataires multipliant les obstacles à sa mise en route, même si l’épiscopat se refuse d’indexer le coupable. Et pourtant, son adresse est bien connue. Il aurait suffi aux évêques d’aller au Palais de la Nation pour lui faire le sermon.

Car si Joseph Kabila a accepté du bout des lèvres le compromis historique de la Saint-Sylvestre, il multiplie depuis les obstacles et autres manœuvres dilatoires pour empêcher son application.

Sinon, comment comprendre qu’il exige le nom de trois personnalités susceptibles d’être Premier ministre, sans doute le plus accommodant alors que le Rassemblement de l’opposition ne veut en proposer qu’un seul ?

Même dialogue de sourds à propos du choix du remplaçant d’Etienne Tshisekedi au Conseil national de suivi de la mise en œuvre de l’Accord, et dont la mort a plombé davantage une situation déjà inextricable. On comprend donc que les hommes d’Eglise finissent par perdre patience tant les positions sont tranchées.

En fait, les ecclésiastiques congolais ne sont pas les seuls à s’inquiéter de cette impasse. Pas plus tard que ce week-end, le Conseil de sécurité de l’ONU disait également sa crainte d’un enlisement de la situation en RDC.

Les prélats l’ont fait savoir, la seule voie de salut pour eux, c’est «un dialogue franc basé sur la bonne foi et la confiance mutuelle». Hélas pour ces bergers qui ont si souvent prêché dans le désert, pour ne pas dire la forêt équatoriale, ces vertus sont les choses les moins partagées par la classe politique congolaise.

Et à l’allure où vont les choses ou, si vous préférez, à l’allure où ne vont pas les choses, l’organisation des élections générales prévue à la fin de l’année 2017 demeure plus que jamais une gageure. Et il faudra bien plus que les prières insistantes, voire les prédications, pour voir le dénouement de la situation.

 

Mohamed Arnaud Ouédraogo

L'Observateur paalga

Mise à jour le Mardi, 28 Février 2017 08:26
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net

 

Recherche

Annonces et agenda

17e édition de la Journée nationale du Paysan: Le comité d’organisation à pied d’œuvre

Le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire(MASA), Mahama Zoungrana, a installé le 13 janvier 2014, à Ouagadougou, le comité national d’organisation de la 17e édition de la Journée nationale du paysan(JNP), prévue pour se tenir du 3 au 5 avril 2014 à Fada N’Gourma. A moins de trois mois de la tenue de la 17e édition de la Journée nationale du paysan (JNP), les membres du comité national d’organisation ont été installés le 13 janvier 2014 par le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire (MASA) , Mahama Zoungrana.

Lire la suite...
 
JPEX 2013 : Journée Parcours de l’Excellence, 2eme édition

Dates et lieu: Ven. 6 décembre et sam. 7 décembre 2013-11-13 à l’Ambassade du Burkina Faso - 159 Boulevard Haussmann, 75008 Paris

Thème : « Emploi et Investissement en Afrique : Les perspectives d’un développement durable »

Pour plus d’informations, voir : www.laceb-agora.com

Lire la suite...
 
De l’huile frelatée saisie

Il n’y a pas longtemps, des bidons d’huile frelatée ont été saisis par les forces de police à Bobo-Dioulasso. Une opération du même type à Ouagadougou a aussi permis de mettre le grappin sur des bidons d’huile de vidange distillée et destinée à la consommation. Ces produits impropres à la consommation sont dommageables à la santé des consommateurs. Les impuretés peuvent s’accumuler dans les vaisseaux sanguins, s’attaquer au foie et prédisposer les consommateurs aux maladies cardiovasculaires. Ces deux saisies ne sont pas des faits isolés et en appellent à plus de ténacité dans la lutte contre la contrefaçon des produits alimentaires. C’est le lieu d’inviter les consommateurs à plus de vigilance et à collaborer avec les services impliqués dans la lutte contre ces produits illicites, car il y va de leur santé.

Nestor BAKI

Sidwaya

 

Bannière 2D Solutions

Bannière

Petites annonces

Bannière

Meteo

Prévisions météo Ouagadougou