Installation autorités intérimaires au Mali : Le pays brûle, ils se disputent des parcelles de pouvoir PDF Imprimer Envoyer
Écrit par L'Observateur paalga   
Mardi, 07 Mars 2017 09:16

On  pensait que c’est surtout à Kidal que le problème serait inextricable, et voilà que c’est à Tombouctou qu’il émerge. Après l’installation, même aux forceps et avec  moult tractations,  des autorités intérimaires à Gao, Menaka et dans le foyer incandescent de la rébellion touareg, Tombouctou devait  boucler la boucle le lundi 6 mars 2017. Ce ne fut finalement pas le cas.

Depuis dimanche dernier en effet, la fièvre est subitement montée dans la cité des 333 saints où le Congrès pour la Justice dans l’Azawad (CJA) menaçait d’attaquer les bâtiments administratifs. Du coup, la délégation officielle qui devait quitter  Bamako hier matin n’a pu effectuer le déplacement, les tirs ayant repris sur place.

 

En lieu et place de la cérémonie officielle et  solennelle, ce sont les tractations  qui se prolongeaient à mille lieux de là, dans la capitale malienne.

Le casus belli, le parachutage, de l’avis du CJA, de personnalités venues de Bamako et qui ne seraient pas au  parfum des réalités locales. Les croquants exigent en outre plus de représentativité dans les structures locales.

Le fragile édifice de la paix en construction qui s’acheminait peu à peu vers la phase de  finition menace ainsi de s’écrouler. Retour donc à la case des négociations, même si on ne voit pas trop comment les différents protagonistes parviendront à trouver un terrain d’entente car pour le pouvoir central « il n’est pas question de modifier la composition des autorités intérimaires mais il est possible de  compenser la représentativité à des niveaux inférieurs »

C’est donc sur ce dernier maillon de la  chaîne administrative que se jouent les tractations  engagées depuis dimanche.  On rame donc comme des galériens dans ces sables mouvants du grand nord Mali pour une opération qui est censée restaurer l’autorité de l’Etat dans cette partie du pays.

Et on a bien peur que l’échafaudage ne  tienne pas , quand on voit toutes les  difficultés de son érection.

Tant et si bien que le locataire du palais de Koulouba pourrait tout juste  nourrir  le sentiment de gouverner tout le pays sans pour autant avoir pour lui l’essentiel, autrement dit la réalité  du terrain.

Et ses nouveaux pauvres barons des  sables auront   fort à faire avec la défiance des populations et des groupes armés habitués  désormais à dicter leur loi.

Dans tous les cas, une chose est de redéployer un semblant d’administration et une autre est de pacifier véritablement le pays…

La preuve, c’est que pendant que Bamako tentait d’installer ses autorités intérimaires à Tombouctou, les terroristes eux, continuaient de faire parler la poudre, comme ce fut  le cas  dimanche à Bulkési où l’attaque d’une position de l’armée malienne a fait onze morts et quatre blessés…

Et pendant que le pays brûle, ils  se disputent des parcelles de pouvoir.

 

H. Marie Ouédraogo

L'Observateur paalga

Mise à jour le Mardi, 07 Mars 2017 09:38
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net

 

Recherche

Annonces et agenda

17e édition de la Journée nationale du Paysan: Le comité d’organisation à pied d’œuvre

Le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire(MASA), Mahama Zoungrana, a installé le 13 janvier 2014, à Ouagadougou, le comité national d’organisation de la 17e édition de la Journée nationale du paysan(JNP), prévue pour se tenir du 3 au 5 avril 2014 à Fada N’Gourma. A moins de trois mois de la tenue de la 17e édition de la Journée nationale du paysan (JNP), les membres du comité national d’organisation ont été installés le 13 janvier 2014 par le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire (MASA) , Mahama Zoungrana.

Lire la suite...
 
JPEX 2013 : Journée Parcours de l’Excellence, 2eme édition

Dates et lieu: Ven. 6 décembre et sam. 7 décembre 2013-11-13 à l’Ambassade du Burkina Faso - 159 Boulevard Haussmann, 75008 Paris

Thème : « Emploi et Investissement en Afrique : Les perspectives d’un développement durable »

Pour plus d’informations, voir : www.laceb-agora.com

Lire la suite...
 
De l’huile frelatée saisie

Il n’y a pas longtemps, des bidons d’huile frelatée ont été saisis par les forces de police à Bobo-Dioulasso. Une opération du même type à Ouagadougou a aussi permis de mettre le grappin sur des bidons d’huile de vidange distillée et destinée à la consommation. Ces produits impropres à la consommation sont dommageables à la santé des consommateurs. Les impuretés peuvent s’accumuler dans les vaisseaux sanguins, s’attaquer au foie et prédisposer les consommateurs aux maladies cardiovasculaires. Ces deux saisies ne sont pas des faits isolés et en appellent à plus de ténacité dans la lutte contre la contrefaçon des produits alimentaires. C’est le lieu d’inviter les consommateurs à plus de vigilance et à collaborer avec les services impliqués dans la lutte contre ces produits illicites, car il y va de leur santé.

Nestor BAKI

Sidwaya

 

Bannière 2D Solutions

Bannière

Petites annonces

Bannière

Meteo

Prévisions météo Ouagadougou