Procès Ahmed Abba : Le journaliste sauve au moins sa tête PDF Imprimer Envoyer
Écrit par L'Observateur paalga   
Vendredi, 21 Avril 2017 10:25

Il va falloir encore attendre 5 jours. Alors que le verdict du procès d’Ahmed Abba était attendu le jeudi 20 avril 2017, le tribunal militaire de Yaoundé a finalement reporté son délibéré au lundi 24 avril prochain, comme s’il se plaisait à torturer moralement le correspondant en langue Haoussa de RFI au Cameroun. Arrêté le 30 juillet 2015 à Maroua, dans le grand nord du pays, il est poursuivi depuis lors pour non-dénonciation d’actes de terrorisme, blanchiment de produits d’actes de terrorisme et apologie d’actes de terrorisme.

Des accusations graves pour lesquelles le pauvre journaliste risquait la peine de mort. C’est d’ailleurs ce qu’avait requis le parquet militaire lors de la 16e audience de ce procès marathon le 6 avril dernier, bien que ce jour-là les avocats de la défense aient mis en pièces les arguments et les prétendues preuves de l’accusation aussi frêles et contestables les uns que les autres.

 

Il faut croire d’ailleurs que ce jour-là il aient marqué un point décisif, même si, aujourd’hui la bataille est loin d’être gagnée.

Hier en effet, le tribunal a absout Ahmed Abba du 3e chef d’accusation tout en le déclarant coupable des deux autres pour lesquels il encourt la prison à perpétuité. C’est d’ailleurs finalement la peine requise par le commissaire du gouvernement.

L’incriminé sauve, pour ainsi dire, sa tête que le parquet militaire voulait s’offrir, mais il n’est pas pour autant totalement tiré d’affaire.

La Radio France Internationale (RFI), les organisations de défense des droits humains et de la liberté de la presse et ses avocats ont beau répéter depuis près de 2 ans que l ‘infortuné ne faisait que son métier et qu’au demeurant aucune preuve de sa culpabilité n’a jamais été produite tout se passe comme s’il fallait coûte que coûte le châtier pour une faute qu’il n’a pas commise, le malheureux pisse-copie, victime collatérale de la lutte contre Boko Haram.

Il faut maintenant espérer que lundi les juges soient sensibles aux circonstances atténuantes invoquées par les avocats qui s’appuient notamment sur le fait que le casier judiciaire de leur client est vierge et qu’il a été irréprochable à tous points de vue depuis son arrestation il y a quelques 18 mois.

Des conseils désabusés qui sont déjà parvenus à sauver la tête de leur client, mais aujourd’hui réduits à négocier une peine moins lourde. Alors, si lundi Ahmed Abba devait s’en tirer avec 10 ans de prison ferme ce serait déjà en soi un petit miracle dans un procès qui sent depuis le début la kabbale politique, mais néanmoins une grande injustice car ce seront des années perdues pour rien.

 

H. Marie Ouédraogo

L'Observateur paalga

Mise à jour le Vendredi, 21 Avril 2017 10:32
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net

 

Recherche

Annonces et agenda

17e édition de la Journée nationale du Paysan: Le comité d’organisation à pied d’œuvre

Le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire(MASA), Mahama Zoungrana, a installé le 13 janvier 2014, à Ouagadougou, le comité national d’organisation de la 17e édition de la Journée nationale du paysan(JNP), prévue pour se tenir du 3 au 5 avril 2014 à Fada N’Gourma. A moins de trois mois de la tenue de la 17e édition de la Journée nationale du paysan (JNP), les membres du comité national d’organisation ont été installés le 13 janvier 2014 par le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire (MASA) , Mahama Zoungrana.

Lire la suite...
 
JPEX 2013 : Journée Parcours de l’Excellence, 2eme édition

Dates et lieu: Ven. 6 décembre et sam. 7 décembre 2013-11-13 à l’Ambassade du Burkina Faso - 159 Boulevard Haussmann, 75008 Paris

Thème : « Emploi et Investissement en Afrique : Les perspectives d’un développement durable »

Pour plus d’informations, voir : www.laceb-agora.com

Lire la suite...
 
De l’huile frelatée saisie

Il n’y a pas longtemps, des bidons d’huile frelatée ont été saisis par les forces de police à Bobo-Dioulasso. Une opération du même type à Ouagadougou a aussi permis de mettre le grappin sur des bidons d’huile de vidange distillée et destinée à la consommation. Ces produits impropres à la consommation sont dommageables à la santé des consommateurs. Les impuretés peuvent s’accumuler dans les vaisseaux sanguins, s’attaquer au foie et prédisposer les consommateurs aux maladies cardiovasculaires. Ces deux saisies ne sont pas des faits isolés et en appellent à plus de ténacité dans la lutte contre la contrefaçon des produits alimentaires. C’est le lieu d’inviter les consommateurs à plus de vigilance et à collaborer avec les services impliqués dans la lutte contre ces produits illicites, car il y va de leur santé.

Nestor BAKI

Sidwaya

 

Bannière 2D Solutions

Bannière

Petites annonces

Bannière

Meteo

Prévisions météo Ouagadougou