Election de Emmanuel Macron PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Lundi, 08 Mai 2017 05:03

L’élection présidentielle en France a connu son dénouement, hier 7 mai 2017, avec les résultats du second tour qui a opposé Emmanuel Macron, du mouvement « En marche » à Marine Le Pen du Front national (FN). C’est Macron qui a été élu avec 65,5% des voix contre 34,5% pour son challenger. Mais que peut-on retenir du projet du nouveau président français, en ce qui concerne l’Afrique ?

Le candidat de En marche !, Emmanuel Macron, 39 ans, est le 25e Président de la France et le 8e de la Ve République. C’est le verdict des urnes du second tour de la présidentielle, dévoilé hier soir par l’institut de sondage français IPSOS. Il l’a remporté avec 65,5% des voix contre 34,5% pour Marine Le Pen, du Front national (FN), selon les premières estimations. Le taux d’abstention, lui, se situerait autour de 25%. Un résultat qui est vu par beaucoup d’analystes comme un message fort de la France au monde entier, le vainqueur n’étant issu ni de la droite ni de la gauche. Nombreux sont donc ceux-là qui se demandent déjà, quelle politique la « nouvelle France » mènera désormais vis-à-vis des autres pays d’Europe et d’ailleurs.

 

Le nouveau président a annoncé bien de projets pour son pays dans son programme de société. Il est même allé au-delà pour faire cas de ce qu’il entend apporter comme réorientations dans les politiques de coopération entre la France et l’Afrique. Par exemple, selon lui, la présence militaire  de la France en Afrique ne doit pas, sur le long terme, se substituer aux Etats africains et elle n’est pas un but en soi. Aussi, pour marquer autrement la présence de la France aux côtés des pays africains, il entend doubler le financement des projets liés à l’égalité femmes-hommes et relancer l’aide bilatérale pour faire face aux défis du développement. Le nouveau président français ambitionne notamment mobiliser plus de financements (publics et privés) pour les infrastructures et les Petites et moyennes entreprises (PME) africaines, créatrices d’emplois. Sur un autre plan, il a relevé que la France doit être plus à l’écoute de la société civile et de la jeunesse africaine. Pour ce faire, Emmanuel Macron propose de revoir, en concertation avec la société civile, la loi de programmation de l’aide au développement pour établir une trajectoire devant permettre d’atteindre 0,7 % des richesses françaises entre 2022 et 2030, en fonction des marges budgétaires de son pays. « Cette montée en puissance de notre politique de développement, avec des ressources accrues en dons, nous permettra de renforcer notre aide bilatérale en Afrique, en priorité dans les pays de l’espace francophone et dans les pays les moins avancés. », argue-t-il.

Sur le volet migration, M. Macron a un point de vue similaire à celui de la chancelière allemande, Angela Merkel. C’est ainsi qu’il entend réduire les procédures de demande d’asile, avec un délai de moins de 6 mois, les recours y compris. En effet, à Berlin (Allemagne) en février dernier, candidat à la présidentielle, il avait salué la politique menée par Angela Merkel en faveur de l’accueil des réfugiés. Car, il pense que "l’Europe n’a pas réagi comme elle aurait dû”, lors de l’importante vague de réfugiés qui s’est présentée aux côtes européennes. Il soutient d’ailleurs que: "confondre les terroristes, avec les demandeurs d’asile, avec les réfugiés (...), est une erreur morale, historique et politique profonde”. Pour ce faire, outre la stricte question des réfugiés, Emmanuel Macron propose d’autres mesures plus générales sur l’immigration. A ce propos, il veut, entre autres, conditionner l’aide au développement au respect d’accords sur le retour des migrants non autorisés à entrer ou à résider dans l’UE.

 

Daniel ZONGO

...................................................................................................................................................................................

Qui est Emmanuel Macron ?

Né le 21 décembre 1977 à Amiens, Emmanuel Macron est fils d’un couple de médecins. Son père est neurologue, sa mère pédiatre, et tous deux sont professeurs au CHU d’Amiens. Aîné de la fratrie, il a un frère et une sœur. Il passe une grande partie de son enfance chez sa grand-mère adorée, directrice de collège, élevée par des parents illettrés. Il suit sa scolarité chez les Jésuites de la Providence à Amiens. Elève brillant (il est lauréat du Concours général de français à 16 ans) il se passionne également pour la musique et décroche le troisième Prix de piano du Conservatoire d’Amiens. En Terminale, il arrive au lycée Henri-IV à Paris. Diplômé de Sciences Po Paris, il entame ensuite un cursus universitaire à Nanterre. En 1999, il est assistant du philosophe Paul Ricoeur et participe à la rédaction de l’un de ses derniers ouvrages, La mémoire, l’histoire, l’oubli, publié aux éditions du Seuil en 2000. Après une maîtrise de philosophie sur Machiavel, il rédige son mémoire de DEA sur l’Intérêt général, lecture et principes de la philosophie du droit de Hegel.

En 2002, il se dirige vers la haute fonction publique et intègre l’ENA (promotion Léopold Sédar Senghor) d’où il sort diplômé en 2004. Il débute sa carrière à l’Inspection des Finances, d’abord inspecteur adjoint en avril 2004, il devient inspecteur des Finances en octobre 2005. En juin 2007, il est chargé de mission auprès du chef de service de l’Inspection générale des finances. En 2008, changement de cap, la banque Rothschild l’engage à l’âge de 30 ans. Son ascension au sein de la banque d’affaires est fulgurante, il en devient associé-gérant en décembre 2010. En mai 2012, il accepte la proposition de François Hollande, rencontré en 2007 lors d’un dîner chez Jacques Attali, de rejoindre l’Elysée en tant que secrétaire général adjoint de la présidence. Le 26 août 2014, il est nommé Ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique dans le deuxième gouvernement de Manuel Valls. Le 30 août 2016, Emmanuel Macron annonce sa démission du gouvernement. Quelques semaines plus tard, le 16 novembre, il annonce officiellement sa candidature à l’élection présidentielle 2017. Le 23 avril 2017, lors du premier tour de l’élection présidentielle, il arrive en tête des suffrages avec 24 % des voix.

Côté vie privée, Emmanuel Macron est marié depuis octobre 2007 à Brigitte Trogneux, professeur de français de vingt-quatre ans son aînée, rencontrée en classe de première au lycée La Providence d’Amiens lors d’un atelier théâtre. Son épouse a trois enfants nés d’une précédente union.

 

Source : gala.fr

 

Mise à jour le Lundi, 08 Mai 2017 05:08
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net