Mutinerie en Côte d’Ivoire : La paix vaut bien 100 milliards PDF Imprimer Envoyer
Écrit par L'Observateur paalga   
Mercredi, 17 Mai 2017 01:43

Deux minutes ! Voilà le temps mis par le ministre ivoirien de la Défense, Alain-Richard Donwahi, pour annoncer en début de soirée lundi sur les antennes de la RTI qu’un accord avait été trouvé entre le gouvernement et les soldats mutins. Deux petites minutes, c’était la preuve que l’heure n’était plus aux grands discours, mais plutôt aux actes. Mais quel accord ? On n’en saura pas davantage sur les clauses contractuelles entre les deux parties.

Mais depuis hier mardi, les informations ont commencé à fuiter.

 

Certaines sources faisant état de ce que sur le reliquat de sept millions de francs CFA, objet de ces nouvelles mutineries, l’Etat aurait déboursé cinq briques pour chacun des 8 400 anciens rebelles qui avaient combattu du côté d’Alassane Ouattara lors de la guerre civile ivoirienne. Le reste devant être payé en juin.

Pour d’autres par contre, les comptes bancaires des croquants auraient été crédités de la totalité des montants réclamés.

Le calme était donc revenu à Bouaké, épicentre de cette énième poussée de fièvre kaki, et dans certaines localités au moment où nous bouclions la présente édition. Des témoins faisaient état de la réouverture effective des commerces et de l’administration, de la levée des barrières sur les corridors routiers et du retour des soldats insurgés dans les casernes.


Le calme est donc revenu, mais à quel prix ?

Car, si on ajoute aux sept millions l’acompte initial des cinq autres millions, perçus en janvier dernier, chaque trouffion aura reçu au bout du compte la rondelette somme de douze briques.

Faisons le compte final donc : 12 millions de FCFA x 8 400 mutins = 100 milliards 800 millions FCFA.

Oui, vous avez bien lu : 100 milliards 800 millions.

C’est le prix que le président ADO a payé pour la paix et espérons qu’elle sera définitive.

On a beau être ADO et la Côte d’Ivoire, la Côte d’Ivoire, c’est quand même une petite fortune. Et ça l’est d’autant plus que l’ordonnateur de ce décaissement est un banquier de formation dont sait que la prodigalité n’est pas la première vertu.

La charge est d’autant plus insupportable, même pour l’« Eléphant d’Afrique », qu’une telle cagnotte n’était pas budgétisée pour la simple raison que les autorités ivoiriennes ne pouvaient pas prévoir cette série de mutineries.

Pire, cette facture doit être acquittée à un moment où le pays est confronté à de multiples difficultés : baisse des cours de matières premières, notamment du cacao, principale mamelle nourricière de la Côte d’Ivoire, grogne sociale, revendications salariales des syndicats…

Et ça, ce n’est que le prix à payer dans l’urgence pour la paix dans les casernes.

Car à terme, ce sont d’autres secteurs, autrement plus sensibles, comme l’éducation, la santé et les infrastructures, qui pourront subir les contrecoups de cette crise.

C’est sûr, le vin va couler à flots pour cette génération spontanée de millionnaires, mais ce sont tous les Ivoiriens qui vont devoir trinquer.

Mais il y a plus grave encore : c’est l’Etat tout entier, à commencer par son chef, qui a eu son autorité bafouée, sinon perdue.

En effet, il a fallu seulement quarante-huit petites heures pour que le locataire du palais de Cocody passe de la fermeté au ramollissement face à des mutins droits dans leurs bottes. Une piteuse image de général incapable de tenir sa troupe que vient de donner de lui ADO. C’est peut-être çà, le fait le plus grave dans cette affaire.

Et quand le chef suprême des armées n’est plus écouté, ce n’est pas le commandement qui peut encore donner de la voix.

Il faut seulement espérer pour tous que cette épineuse question de primes a été définitivement soldée ; chose dont on doute fort vu qu’en janvier dernier, le reste de la troupe, qui n’était pas concerné par ce deal, était sorti du bois pour réclamer lui aussi sa « part de bonheur » auquel il aurait lui aussi droit.

 

Alain Saint Robespierre

L'Observateur paalga

Mise à jour le Mercredi, 17 Mai 2017 01:56
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net

 

Recherche

Annonces et agenda

17e édition de la Journée nationale du Paysan: Le comité d’organisation à pied d’œuvre

Le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire(MASA), Mahama Zoungrana, a installé le 13 janvier 2014, à Ouagadougou, le comité national d’organisation de la 17e édition de la Journée nationale du paysan(JNP), prévue pour se tenir du 3 au 5 avril 2014 à Fada N’Gourma. A moins de trois mois de la tenue de la 17e édition de la Journée nationale du paysan (JNP), les membres du comité national d’organisation ont été installés le 13 janvier 2014 par le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire (MASA) , Mahama Zoungrana.

Lire la suite...
 
JPEX 2013 : Journée Parcours de l’Excellence, 2eme édition

Dates et lieu: Ven. 6 décembre et sam. 7 décembre 2013-11-13 à l’Ambassade du Burkina Faso - 159 Boulevard Haussmann, 75008 Paris

Thème : « Emploi et Investissement en Afrique : Les perspectives d’un développement durable »

Pour plus d’informations, voir : www.laceb-agora.com

Lire la suite...
 
De l’huile frelatée saisie

Il n’y a pas longtemps, des bidons d’huile frelatée ont été saisis par les forces de police à Bobo-Dioulasso. Une opération du même type à Ouagadougou a aussi permis de mettre le grappin sur des bidons d’huile de vidange distillée et destinée à la consommation. Ces produits impropres à la consommation sont dommageables à la santé des consommateurs. Les impuretés peuvent s’accumuler dans les vaisseaux sanguins, s’attaquer au foie et prédisposer les consommateurs aux maladies cardiovasculaires. Ces deux saisies ne sont pas des faits isolés et en appellent à plus de ténacité dans la lutte contre la contrefaçon des produits alimentaires. C’est le lieu d’inviter les consommateurs à plus de vigilance et à collaborer avec les services impliqués dans la lutte contre ces produits illicites, car il y va de leur santé.

Nestor BAKI

Sidwaya

 

Bannière 2D Solutions

Bannière

Petites annonces

Bannière

Meteo

Prévisions météo Ouagadougou