Dialogue gouvernement/syndicats : « Si les engagements ne sont pas respectés, il y aura grève » (Paul Kaboré) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par L'Observateur paalga   
Mardi, 28 Février 2017 08:22

Le Premier ministre, Paul Kaba  Thiéba,  et les syndicats se sont une fois encore retrouvés le 27 février 2017 à la Primature. Leurs échanges ont porté sur deux points, à savoir l’IUTS et la retenue sur salaire pour fait de grève. Au cours de cette rencontre, aucune décision finale n’a été prise, et les protagonistes  se sont  donné  rendez-vous au plus tard  dans dix jours pour harmoniser leurs  points de vue.

Contrairement à leurs retrouvailles  du samedi dernier, le chef du gouvernement affichait une mine plus joviale face aux représentants de syndicats.

 

La preuve, le président  du mois des centrales syndicales  l’a fait remarquer  en ces termes, l’air taquin : « Ce n’est pas la même mine que  samedi passé ». Ce jour-là, le patron de l’exécutif avait manifesté son ras-le-bol face aux revendications et multiples grèves tendant à paralyser l’administration publique.

La cérémonie de lancement des échanges s’est déroulée sans grand protocole. Dans un bref discours, le chef du gouvernement a marqué son attachement à trouver des solutions consensuelles aux doléances des travailleurs.

A son tour, le porte-parole des invités, Paul Kaboré, a remercié le Premier ministre d’avoir tenu la promesse d’une rencontre avant la fin du mois. Il a également réitéré la disponibilité des syndicats à trouver des solutions qui arrangent les deux parties. Ensuite, c’est parti pour une quarantaine de minutes de huis clos.

A l’issue de la rencontre, ce sont deux personnalités visiblement sereines qui se sont prêtées aux questions des journalistes : il s’agit de Paul Kaboré et du ministre du Travail et de la Fonction publique, Clément P. Sawadogo.

Le premier  a fait remarquer qu’aucune décision finale sur l’IUTS et la retenue sur salaire pour fait de grèves n’a été prise, le Premier ministre leur ayant donné rendez-vous dans dix jours au plus tard, le temps d’affiner certaines mesures.

L’air déterminé, il a néanmoins prévenu : « Si les accords signés par le gouvernement ne sont pas respectés, il y aura grève… ». Le second s’est appesanti sur la question des retenues sur salaire, précisant que les syndicats ne sont pas contre le principe.

« Il  s’agit d’un principe international. Comme on le dit souvent dans notre jargon, pas de travail, pas de salaire. Maintenant,  restent  posées  les modalités de coupures selon qu’il s’agit d’une grève de deux, trois heures ou d’une journée ».

 

Issa K. Barry

L'Observateur paalga

 

Mise à jour le Mardi, 28 Février 2017 08:26
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net

 

Recherche

Annonces et agenda

17e édition de la Journée nationale du Paysan: Le comité d’organisation à pied d’œuvre

Le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire(MASA), Mahama Zoungrana, a installé le 13 janvier 2014, à Ouagadougou, le comité national d’organisation de la 17e édition de la Journée nationale du paysan(JNP), prévue pour se tenir du 3 au 5 avril 2014 à Fada N’Gourma. A moins de trois mois de la tenue de la 17e édition de la Journée nationale du paysan (JNP), les membres du comité national d’organisation ont été installés le 13 janvier 2014 par le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire (MASA) , Mahama Zoungrana.

Lire la suite...
 
JPEX 2013 : Journée Parcours de l’Excellence, 2eme édition

Dates et lieu: Ven. 6 décembre et sam. 7 décembre 2013-11-13 à l’Ambassade du Burkina Faso - 159 Boulevard Haussmann, 75008 Paris

Thème : « Emploi et Investissement en Afrique : Les perspectives d’un développement durable »

Pour plus d’informations, voir : www.laceb-agora.com

Lire la suite...
 
De l’huile frelatée saisie

Il n’y a pas longtemps, des bidons d’huile frelatée ont été saisis par les forces de police à Bobo-Dioulasso. Une opération du même type à Ouagadougou a aussi permis de mettre le grappin sur des bidons d’huile de vidange distillée et destinée à la consommation. Ces produits impropres à la consommation sont dommageables à la santé des consommateurs. Les impuretés peuvent s’accumuler dans les vaisseaux sanguins, s’attaquer au foie et prédisposer les consommateurs aux maladies cardiovasculaires. Ces deux saisies ne sont pas des faits isolés et en appellent à plus de ténacité dans la lutte contre la contrefaçon des produits alimentaires. C’est le lieu d’inviter les consommateurs à plus de vigilance et à collaborer avec les services impliqués dans la lutte contre ces produits illicites, car il y va de leur santé.

Nestor BAKI

Sidwaya

 

Bannière 2D Solutions

Bannière

Petites annonces

Bannière

Meteo

Prévisions météo Ouagadougou