Roch Marc Christian Kaboré et Michaelle Jean autour d’un déjeuner PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Vendredi, 03 Mars 2017 09:20

Le président du Faso a reçu successivement, le jeudi 2 mars 2017 à Kosyam, la Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Michaelle Jean, le président de l’Assemblée nationale populaire de Guinée-Bissau, Cypriano Cassama, et l’ambassadeur du royaume d’Espagne auprès du Burkina Faso, José Maria Matres Manso.

L’ambassadeur du royaume d’Espagne au Burkina Faso avec résidence à Bamako, José Maria Matres Manso,  est en fin de mission. En poste depuis 2013, il est allé faire ses adieux au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, hier jeudi 2 mars 2017 au cours d’une audience au palais de Kosyam. « Je suis venu dire au revoir au président du Faso et exprimer ma reconnaissance au peuple Burkinabè pour l’accueil et l’amitié dont j’ai bénéficiés durant mon mandat », a-t-il déclaré à sa sortie. Selon le diplomate espagnol, son pays ne dispose pas encore d’une ambassade permanente au Burkina Faso mais un plan de coopération entre les deux pays existe à travers l’Union européenne. Laquelle coopération, a-t-il précisé, donne des résultats satisfaisants. « Mais une meilleure intensification des relations entre les deux Etats commande que l’Espagne ouvre une mission permanente à Ouagadougou », a préconisé M. Manso. De son avis, la lutte contre le terrorisme pour laquelle le Burkina Faso bénéficie du soutien de l’Espagne, le monde des affaires à travers les échanges commerciaux sont entre autres les secteurs qui  méritent d’être renforcés.  José Maria Matres Manso a dit avoir profité de l’occasion pour remercier le chef de l’Etat pour le soutien du Burkina Faso à son pays  dans les instances internationales. Au moment où l’ambassadeur quitte définitivement son poste, il a pris l’engagement d’user de ses relations pour renforcer davantage la coopération entre le royaume d’Espagne et le Burkina Faso dont il garde les souvenirs d’une hospitalité légendaire.

 

Auparavant, le Chef de l’Etat a reçu le président de l’Assemblée nationale populaire de Guinée-Bissau Cypriano Cassama. « C’est une visite de courtoisie au Président du Faso, un ami personnel. J’ai mis à profit l’entretien pour évoquer avec lui certaines questions liées à la vie politique de mon pays et recevoir ses conseils avisés », a confié M. Cassama sur l’objet de sa présence à Kosyam. Celui-ci a dit retourner dans son pays avec les sentiments d’une mission bien accomplie. Il a rendu hommage au chef de l’Etat pour ses efforts en faveur du rayonnement du Burkina Faso dans le concert des nations. De même que pour sa contribution dans le retour à la stabilité de la Guinée-Bissau à travers les missions de maintien de la paix.  La Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Michaelle Jean a mis fin au ballet des personnalités à Kosyam en cette mi-journée.  « Je suis venue porter un message de solidarité de la vaste famille francophone au Burkina Faso, pays organisateur du FESPACO qui est un événement de promotion de la culture et de l’identité », a-t-elle fait savoir.  Avant d’ajouter : « Nous sommes là aussi pour parler d’un appui vigoureux à l’entreprenariat et à la création  d’emplois de manière structurante. Il s’agit d’étudier les possibilités de débouchés au sein de la Francophonie à travers une synergie d’action et des échanges commerciaux dans le souci d’une croissance partagée et d’un développement humain et économique durable ». Dans ce sens, la patronne de l’OIF a salué le savoir-faire des tisseuses burkinabè qui rivalisent d’ingéniosité dans la transformation du coton en Faso danfani. « C’est avec ce sens d’innovation, de créativité et du travail bien fait que le Burkina Faso pourra espérer une mise en œuvre réussie du Plan national de développement économique et social (PNDES) », a-t-elle affirmé.

 

Soutien contre les ennemis

A l’issue de l’audience, le chef de l’Etat a offert un déjeuner à Michaelle Jean et la délégation qui l’accompagnait. Occasion au cours de laquelle, Roch Marc Christian Kaboré a témoigné sa reconnaissance à son hôte de marque. « Merci d’avoir accepté mon invitation à effectuer une visite dans notre pays pour non seulement prendre part à la plus grande fête du cinéma africain mais surtout toucher du doigt les réalités du terrain à travers l’évaluation des différents programmes mis en œuvre par votre organisation », a déclaré le président du Faso. Et d’ajouter : « Votre participation à ce 25e FESPACO est un autre témoignage de la vivacité de nos relations et de l’importance que la Francophonie accorde à la culture en tant que facteur de cohésion sociale et de lutte contre l’extrémisme ». Le développement local, l’éducation,  la promotion culturelle et de l’artisanat, la démocratie et la bonne gouvernance, la justice et l’Etat de droit sont les domaines d’intervention de l’OIF énumérés par le président Kaboré.  Il a par ailleurs remercié « vivement » et « sincèrement » la Canadienne pour sa contribution « inestimable » au succès de la conférence des bailleurs de fonds tenue les 7 et 8 décembre 2016 à Paris. En retour Michaelle Jean, visiblement émue, a réitéré le soutien de son organisation au Burkina Faso. Evoquant les multiples attaques terroristes enregistrées au sein de la Francophonie, elle a salué le  maintien du FESPACO. « Cela constitue déjà un acte de résistance auquel un nombre sans précédent de participants venus de partout s’associent dans un formidable élan de fraternité », a-t-elle fait remarquer. Pour l’OIF à l’en croire, cette édition de la biennale du cinéma africain symbolise avec force ce que la culture représente comme rempart contre l’obscurantisme et la barbarie. Face aux organisations terroristes qui cherchent à saper nos efforts afin de nous affaiblir et nous déstabiliser, estime la SG de l’OIF, nous devons résister avec des armes de constructions massives, une société civile engagée, un climat politique apaisé, et surtout avec une francophonie solidaire.

 

Beyon Romain NEBIE

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Sidwaya

Mise à jour le Vendredi, 03 Mars 2017 09:23
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net

 

Recherche

Annonces et agenda

17e édition de la Journée nationale du Paysan: Le comité d’organisation à pied d’œuvre

Le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire(MASA), Mahama Zoungrana, a installé le 13 janvier 2014, à Ouagadougou, le comité national d’organisation de la 17e édition de la Journée nationale du paysan(JNP), prévue pour se tenir du 3 au 5 avril 2014 à Fada N’Gourma. A moins de trois mois de la tenue de la 17e édition de la Journée nationale du paysan (JNP), les membres du comité national d’organisation ont été installés le 13 janvier 2014 par le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire (MASA) , Mahama Zoungrana.

Lire la suite...
 
JPEX 2013 : Journée Parcours de l’Excellence, 2eme édition

Dates et lieu: Ven. 6 décembre et sam. 7 décembre 2013-11-13 à l’Ambassade du Burkina Faso - 159 Boulevard Haussmann, 75008 Paris

Thème : « Emploi et Investissement en Afrique : Les perspectives d’un développement durable »

Pour plus d’informations, voir : www.laceb-agora.com

Lire la suite...
 
De l’huile frelatée saisie

Il n’y a pas longtemps, des bidons d’huile frelatée ont été saisis par les forces de police à Bobo-Dioulasso. Une opération du même type à Ouagadougou a aussi permis de mettre le grappin sur des bidons d’huile de vidange distillée et destinée à la consommation. Ces produits impropres à la consommation sont dommageables à la santé des consommateurs. Les impuretés peuvent s’accumuler dans les vaisseaux sanguins, s’attaquer au foie et prédisposer les consommateurs aux maladies cardiovasculaires. Ces deux saisies ne sont pas des faits isolés et en appellent à plus de ténacité dans la lutte contre la contrefaçon des produits alimentaires. C’est le lieu d’inviter les consommateurs à plus de vigilance et à collaborer avec les services impliqués dans la lutte contre ces produits illicites, car il y va de leur santé.

Nestor BAKI

Sidwaya

 

Bannière 2D Solutions

Bannière

Petites annonces

Bannière

Meteo

Prévisions météo Ouagadougou