Gouvernement-SYNTSHA : un accord pour le "bien-être" des malades PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Mercredi, 15 Mars 2017 09:10

Le ministre de la Santé, Nicolas Méda et le Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) ont animé, tour à tour, une conférence de presse, le mardi 14 mars 2017 à Ouagadougou. Le paraphe d’un protocole d’accord entre les deux parties, la veille, a été au menu des échanges.

Dans la nuit du lundi 13 mars 2017, le gouvernement et le Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA), sont parvenus à la signature d’un protocole d’accord. L’issue des négociations a été portée à la connaissance des journalistes, le mardi 14 mars 2017 à Ouagadougou, lors d’un point de presse. «Le gouvernement a pris un certain nombre d’engagements qui constituent, à nos yeux, des avancées. Nous avons donc estimé que nous pouvions signer un accord et œuvrer ensemble à la mise en œuvre desdits engagements dans l’optique d’améliorer les conditions de prise en charge sanitaire», a expliqué le secrétaire général du SYNTSHA, Pissyamba Ouédraogo. La conséquence de cet acte, a-t-il ajouté, a été la levée de leur mot d’ordre de grève de 72 heures prévu du 14 mars 2017 à 7 heures jusqu’au 17 mars 2017 à 7 heures. Un comité de suivi entre le gouvernement et le SYNTSHA a confié, pour sa part, le ministre de la Santé, Pr Nicolas Méda,  proposera incessamment un calendrier de mise en œuvre du protocole d’accord. «Nous avons déjà convenu de nous réunir chaque trimestre pour suivre et évaluer la mise en œuvre des engagements pris», a-t-il indiqué.  A l’entendre, cette démarche permettra de  les guider vers la résolution entière de l’ensemble des points des revendications. A son avis, la doctrine du gouvernement est d’amplifier le dialogue social. L’accord qui a été conclu hier (lundi 13 mars 2017, ndlr) avec le SYNTSHA, a-t-il commenté, participe de cette dynamique de dialogue, en vue de résoudre les problèmes et améliorer les conditions de vie et de travail des travailleurs de la santé humaine et animale.

 

 

Des engagements dignes d’intérêt

A en croire le ministre Méda, chacune des parties prenantes aux négociations a contribué à l’obtention du consensus autour de l’ensemble des 75 points de la plateforme revendicative du SYNTSHA. Quels sont précisément les points qui ont été satisfaits ? «Il est très difficile de faire un point exhaustif. Toutefois, nous pouvons dire qu’il y a eu des propositions de solutions aux revendications posées. Ce sont des engagements dont la mise en œuvre va être bientôt planifiée», a répondu M. Ouédraogo. Pour le ministre Méda, les points non résolus seront, soit pris en compte dans le cadre de la Fonction publique hospitalière, soit reversés dans la relecture générale de la grille indemnitaire pilotée par le Premier ministère. Dans l’après-midi du mardi 14 mars, le Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTHSHA) a rencontré à la Bourse du travail, la presse. Pissyamba Ouédraogo et ses camarades ont également fait, à la base, le point des engagements pris par le gouvernement visant la satisfaction de leur plateforme revendicative (conditions de travail, carrière des agents, dossier CAMEG, mesures d’accompagnement de la gratuité des soins, etc.). «Sur l’ensemble des points de revendications, le gouvernement a pris un certain nombre d’engagements. Après analyse, le bureau national a jugé ces engagements dignes d’intérêt et a décidé de signer le protocole d’accord», a affirmé le secrétaire général du SYNTSHA, Pissyamba Ouédraogo. A propos du calendrier de mise en œuvre des engagements pris, celui-ci a rappelé qu’un comité de suivi sera mis en place dans les prochains jours. Toutefois, a-t-il précisé, la levée de ce mot d’ordre de grève ne signifie pas une trêve accordée au gouvernement. «Ce n’est qu’un protocole d’accord. Le plus important est sa mise en œuvre», a-t-il estimé.

 

Aubin W. NANA

Gaspard BAYALA

Sidwaya

Mise à jour le Mercredi, 15 Mars 2017 09:13
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net