Enquête sur la gestion du compte 49 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Mercredi, 09 Août 2017 10:35

L’inspection générale des services a restitué les résultats de son enquête sur la gestion du compte 49 ou fonds d’équipement, le mardi 8 août 2017 à Ouagadougou. Dans l’ensemble, aucun cas de malversations n’a été constaté.

L’enquête tant réclamée par l’Union police nationale (UNAPOL) sur la gestion du fonds d’équipement communément appelé compte 49 a livré ses conclusions, le mardi 8 août 2017 à Ouagadougou. Effectuée par l’inspection générale des services à la demande du ministre d’Etat Simon Compaoré, elle a concerné la gestion de ce fonds géré par la Direction générale de la police nationale (DGPN) sur la période de 2014 à 2016. Et ce, en vue de s’assurer que les normes relatives à l’ordonnancier budgétaire ainsi que les textes règlementaires du fonds sont respectés. De façon générale, aucun cas de malversations n’a été constaté, selon l’inspecteur général, Saïdou Zétiyenga. Toutefois, il a relevé un déséquilibre dans la répartition du fonds. « La plus grande partie des ressources de ce compte, soit plus de 85%, est utilisée au profit des services centraux notamment la DGPN au détriment des services déconcentrés qui n’ont droit qu’à moins de 15% des ressources », a-t-il fait savoir. Pour preuve, il a indiqué qu’en 2014, la DGPN a bénéficié de 58 marchés d’un montant de plus de 193 millions de F CFA pendant que les directions déconcentrées se sont contentées de deux marchés d’environ 2 millions de F CFA. Il a donc recommandé qu’il y ait plus d’équité à ce niveau pour que tous les services puissent bien fonctionner. Par ailleurs, l’enquête a noté une insuffisance de communication sur le fonds constitué, à ses dires, d’amendes forfaitaires.

 

 

«Faire en sorte que la gestion s’améliore »

« Chaque fois qu’on verbalise quelqu’un, il y a une somme qu’il paie. 80% de cette somme va dans le budget de l’Etat et 20% revient à la DGPN. Il en est de même des taxes de péage dont 1,5% est destiné à l’alimentation du compte  49 », a éclairci l’inspecteur. Pour lui, il est essentiel d’expliquer aux agents à combien s’élève ce fonds et à quoi il est utilisé. Et ce, a-t-il poursuivi, afin d’ « éviter que les uns et les autres ne succombent à la tentation de se laisser corrompre tout simplement parce qu’ils ignorent que cet argent est utilisé pour les mettre dans de bonnes conditions de travail ». Enfin, l’enquêteur en chef a recommandé qu’il y ait plus de rigueur dans l’application des textes relatifs à la commande publique. « Au cours de notre investigation, nous avons remarqué qu’il y a trop de morcellement dans la passation des marchés. Pour un même travail, il peut y avoir plusieurs marchés alors qu’un seul aurait suffi», a-t-il regretté. Des recommandations qui ont été prises en compte par le ministre d’Etat, Simon Compaoré qui a promis de les intégrer dans la gestion future du compte 49. « Nous allons désormais mettre à la disposition des policiers en fin de formation un document qui va leur donner toutes les informations sur le fonds d’équipement », a-t-il annoncé. Par ailleurs, le premier responsable de la sécurité a promis qu’un bilan sera fait chaque année pour que tout agent de la police sache ce qui est fait du fonds. En attendant, il a traduit sa reconnaissance à l’inspection générale des services qui a été très « réactif » à sa sollicitation. Toute chose qui a permis, selon lui, de dissiper les malentendus qu’il y avait autour de la gestion du compte 49.

 

Nadège YAMEOGO

Sidwaya

Mise à jour le Mercredi, 09 Août 2017 10:37
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net