Le Premier ministre exprime la compassion du gouvernement aux blessés PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Mardi, 15 Août 2017 08:14

Les blessés de l’attentat intervenu le 13 août 2017 et admis au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO) de Ouagadougou ont reçu la visite du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, le lendemain 14 août.

Le gouvernement est solidaire des blessés de l’attaque«terroriste» du restaurant Aziz Istanbul, intervenue dans la nuit du 13 au 14 août 2017, sur l’avenue Kwame N’Krumah, au cœur de Ouagadougou. Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, accompagné de plusieurs ministres, a rendu visite aux blessés au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO) de Ouagadougou le 14 août 2017. En effet, selon un bilan fait par le chef d’unité du service traumatologique, Dr Mamoudou Sawadogo, sur 24 personnes admises dans son service, 11 ont été libérées, 9 sont en observation, 4 sont décédées.

 

Au service orthopédie et traumatologie, le chef du gouvernement a pu se rendre compte de l’état de santé des personnes qui y sont admises et leur apporter un soutien moral. A la fin de sa visite, le Premier ministre a dit être venu apporter le réconfort du gouvernement et de toute la Nation aux blessés. «Nous sommes venus ce soir pour rendre visite à nos vaillants soldats et à nos frères et sœurs qui ont été atteints dans leur chair lors de cet odieux attentat. C’est un attentat lâche, ignoble», a déclaré Paul Kaba Thiéba.

Pour le chef du gouvernement, c’est toute la nation burkinabè qui a été visée à travers ces tueries.«Ceux qui commettent de tels actes abjects cherchent à remettre en cause nos valeurs, notamment la démocratie, la liberté, notre façon de vivre ensemble, nos convictions profondes», a-t-il ajouté. «Nous ne fléchiront jamais», a insisté le Premier ministre.

Paul Kaba Thiéba a également laissé entendre que les Burkinabè vont continuer toujours à se battre pour débusquer tous les terroristes. A l’endroit des blessés et des parents des victimes, il a affirmé: «Nous partageons les mêmes sentiments d’incompréhension, de révolte, mais également de sérénité parce que, face à de tels actes, il faut garder la sérénité, la tête froide pour pouvoir rester sur la seule voix qui vaille: le combat pour le développement, pour approfondir les libertés et la démocratie».

Il a en outre fait savoir que cet attentat ne va jamais altérer la détermination du gouvernement, du peuple burkinabè à se battre contre la pauvreté, à préserver la liberté, la démocratie et la solidarité qui les unissent.

 

Anselme KAMBIRE

Sidwaya

Mise à jour le Mardi, 15 Août 2017 09:00
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net