Attentat: Les Ouagalais donnent leur sang pour soutenir les blessés PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Mardi, 15 Août 2017 08:14

Au lendemain de l’attaque terroriste du 13 juillet 2017 au café Istambul de Ouagadougou, en dépit de la tristesse, de nombreux citoyens se sont rendus au centre régional de transfusion sanguine de Ouagadougou pour faire un geste qui sauve. Toutes professions et âges confondus, ils entendent ainsi manifester leur solidarité aux blessés de cet acte ignoble. Constat.

En cette matinée du 14 aout 2017, les locaux du centre régional de transfusion sanguine de Ouagadougou paraissent exigües. En témoigne la difficulté pour se frayer un passage jusqu’à la table sur laquelle sont disposées les fiches de renseignements à remplir avant un don.

 

Cette étape passée, il faut faire la queue pour avoir une chaise sur laquelle s’installer pour remplir la dite fiche, prendre les constantes, et une autre pour accéder à la salle pour l’entretien à l’issue duquel on est déclaré apte ou pas à faire un don.

Ces petits désagréments n’entament pourtant en rien la volonté de faire quelque chose pour ceux qui ont été blessés dans l’attaque terroriste du café Istambul, survenu la veille au soir. Jeunes et vieux, femmes ou hommes, chacun veut faire le geste qui sauve, donner son sang.

Ils répondent pour la plupart à l’appel du centre national de transfusion sanguine à venir faire des dons. «C’est la première fois que je donne mon sang, parce que j’ai entendu l’appel du directeur de Yalgado ce matin dans laquelle il a demandé à tous les burkinabè de donner leur sang pour sauver les victimes de l’attaque terroriste d’hier», explique le transitaire, Alfonse Nazaire Kaboré. «J’avoue que je ne fais pas régulièrement de don, mais face au terrorisme, la solidarité est notre seul rempart, aussi je suis là ce matin pour faire un don de sang», a declaré Alexandre Le Grand Zango.

La jeune Safi Faren Sorgo, elle dit être venue spontanément. «Je devais sortir hier avec des amis pour aller au restaurant la Vita (ndlr:ce restaurant est juste à coté du café Istambul). Mais pour une raison que je ne m’explique pas encore, on a dû laisser tomber au dernier moment. Peu de temps après j’ai appris ce qui s’est passé à la télé. Je ne pouvais donc pas ignorer l’appel à donner son sang lancé sur les réseaux sociaux», témoigne Safi Sorgo.

Selon le chef de service collecte du centre régional de transfusion sanguine de Ouagadougou, docteur Alain Conseibo, dès 6h30 certains étaient déjà là. «Le taux de fréquentation du centre est assez satisfaisant et nous saluons vraiment cet élan de solidarité. Mais nous attendons toujours plus de donneurs tant au niveau du centre de Paspanga que de celui de Tengandogo», ajoute –t-il.

Le chef de service de la collecte annonce en plus que toutes les dispositions seront prises pour réduire les délais d’attente. «Déjà le camion de collecte qui était à Tengandogo vient d’arriver. Nous allons également mettre à contribution les tentes de la croix rouge, disposées dans la cour, pour répondre à l’élan de solidarité», explique –t-il. Malgré cette situation, la sécurité des donneurs est garantie.

En effet, docteur Conseibo, rassure quant aux précautions pour ne pas mettre la vie des donneurs en danger. «Nous allons respecter les procédures tout en essayant au maximum de satisfaire toutes les personnes qui répondront à l’appel», insiste-t-il.

 

Nadège YE

Sidwaya

 

 

Mise à jour le Mardi, 15 Août 2017 09:00
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net