Chambre de commerce : Le président de la BAD rassure le secteur privé PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Mercredi, 04 Octobre 2017 09:00

Le président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina, a échangé, le vendredi 29 septembre 2017 à Ouagadougou, avec les responsables de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF).

En séjour au Burkina Faso, le président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina, a été l’hôte, le 29 septembre 2017, de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina (CCI-BF). Les échanges ont porté sur les stratégies pour accroître les potentialités des Petites et moyennes entreprises (PME) et la participation du secteur privé au développement de l’économie burkinabè.

 

Le président de la CCI-BF Mahamady Sawadogo a rappelé à son hôte du jour, les promesses qu’il avait faites à l’Afrique, lors de son investiture le 1er septembre 2015, à savoir, «…éclairer l’Afrique et lui donner de l’énergie, nourrir l’Afrique, intégrer l’Afrique, industrialiser l’Afrique, améliorer la qualité de vie des peuples d’Afrique». «Le secteur privé burkinabè salue cette vision clairvoyante qu’il partage entièrement. La CCI-BF croit qu’une meilleure intégration des économies africaines libèrera le potentiel de croissance du continent», s’est félicité Mahamady Sawadogo.

Il a aussi affirmé que c’est dans cette dynamique que la CCI-BF a créée depuis 2010 le forum Ouest-africain de développement des entreprises dénommé AFRICALLIA, une plateforme de mise en relation d’affaires réunissant en un seul lieu les entreprises africaines et celles du reste du monde. Ce forum, selon le président de la CCI-BF, est une tribune qui met en exergue les potentialités de l’Afrique.  De même, Mahamady Sawadogo s’est réjoui de l’engagement de la BAD à accompagner le Burkina Faso à travers la Stratégie pays 2017-2021 avec pour ambition de lever les contraintes structurelles par le financement et le développement des chaînes de valeur agricole ainsi que la mise en œuvre de projets dans les infrastructures et l’énergie. «La communauté des affaires burkinabè place de fortes attentes en matière d’accès au guichet privé de la BAD. Une telle ouverture permettra au secteur privé de disposer de ressources pour le financement des investissements lourds», a plaidé Mahamady Savadogo.

Le président du Groupe de la Banque africaine de développement Akinwumi Adesina, à son tour, a  soutenu que le Burkina Faso dispose de plusieurs potentialités énergétique et agricole et doit être «le grenier du Sahel». Il a assuré que la BAD accompagnera le gouvernement dans l’industrialisation totale du coton pour éviter les exportations du produit brut. En sus, il a promis que la BAD fera beaucoup d’investissements dans les pôles de croissance tels ceux de Bagré et du Sourou. Pour ce faire, il a souligné que la BAD soutiendra le Burkina Faso pour la mise en place d’une institution pour le financement de l’agriculture. «La BAD mettra en place un fonds pour soutenir les PME, car ce sont elles qui font bouger l’économie», a conclu Dr Akinwumi Adesina.

 

Saran Hadja TRAORE

(Stagiaire)

Sidwaya

Mise à jour le Mercredi, 04 Octobre 2017 09:15
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net