Dossier Norbert Zongo : le MBDHP exige l’extradition de François Compaoré PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Vendredi, 03 Novembre 2017 09:03

Le Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP) a demandé, au cours d’une conférence de presse, le jeudi 2 novembre 2017, à Ouagadougou, l’extradition de François Compaoré et déploré la lenteur de la procédure judiciaire à l’encontre des dignitaires du régime déchu. A cet effet, il sonne la mobilisation des siens, ce samedi  4 novembre 2017.

En mars 2015, le Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP) avait initié trois procédures judiciaires contre les dignitaires civils et militaires du régime déchu pour assassinats, tentatives d’assassinats, complicité d’assassinats lors de l’insurrection populaire d’octobre 2014.  Trois ans après, rien ne semble avancer. C’est pourquoi, il s’est réjoui, au cours d’un point de presse, le jeudi 2 novembre 2017, à Ouagadougou, de l’interpellation de  François Compaoré, dans le cadre du dossier Norbert Zongo, en France.

 

Mais, au-delà de cette interpellation, ce qui intéresse le plus la structure de Chrysogone Zougmoré, est que le frère cadet et conseiller spécial du président déchu, Blaise Compaoré, puisse répondre des faits à lui reprochés devant les juridictions compétentes burkinabè. « Nous allons tout faire pour que l’extradition qui a été demandée par les autorités puisse suivre normalement son cours. C’est plus que de l’optimisme, nous l’exigeons», a clamé M. Zougmoré. Me Prosper Farama, lui, doute de la volonté réelle des autorités à demander l’extradition de M. Compaoré. Car, cette question n’est pas purement juridique. Ce n’est pas que du droit. « Quand on demande une extradition, on fait du lobbying, des pressions.

Dans certains pays, le refus de l’extradition a entrainé des crises diplomatiques. Le champion en la matière est la France », a soutenu l’homme de droit. Que fait notre pays dans ce sens ?, s’est interrogé Me Farama. Et de répondre lui-même : « Nous n’avons pas l’impression que ça bouge ». Il y a lieu qu’un signal fort soit donné aux Français. De même, le président du MBDHP a jugé inutile de dépenser des sommes d’argent pour aller interroger le général Yacouba Isaac Zida au Canada. « Il siérait mieux qu’il vienne s’expliquer sur ce qui lui est reproché », a affirmé M. Zougmoré.  Les martyrs de l’insurrection et de la résistance au putsch attendent toujours justice. Le collectif des avocats dont Me Prosper Farama est le représentant, s’est assigné le rôle de les assister et de les informer sur leurs droits. Après 22 mois de gestion du pouvoir d’Etat, Me Farama a estimé que l’exécutif burkinabè a suffisamment eu la latitude pour agir. « Il est temps que nous élevions la voix », a-t-il dit.

A cet effet, le MBDHP a reçu l’autorisation de la commune de Ouagadougou pour organiser une marche-meeting demain samedi 4 novembre, à la place de la Nation. Trois exigences seront inscrites à l’ordre du jour : justice pour les victimes de l’insurrection et du coup d’Etat, jugement des dossiers de crimes impunis et ouverture de procédures judiciaires sur les cas de crimes économiques. « Notre pays ne doit plus être un eldorado pour les criminels politiques et autres délinquants à col blanc », a conclu Chryzogone Zougmoré.

 

Djakaridia SIRIBIE

Sidwaya

Mise à jour le Vendredi, 03 Novembre 2017 09:08
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net