Lutte contre le paludisme au Sahel PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Mardi, 17 Février 2015 07:14

La Banque mondiale et  l’Organisation ouest-africaine de la santé(OOAS) organisent, du 16 au 18 février 2015, à Ouagadougou, un atelier régional préparatoire du projet de lutte contre le paludisme saisonnier et les maladies tropicales négligées dans les pays du Sahel(Burkina Faso,  Mali et  Niger). Des acteurs de santé sont réunis à Ouagadougou pour peaufiner un projet de lutte contre le paludisme saisonnier et les Maladies tropicales négligées (MTN) dans les pays du Sahel. Ce projet est une initiative du groupe de la Banque mondiale qui, en 2013, a décidé d’investir environ 1 milliard et demi de dollars américains dans la région pour financer les grandes priorités de développement. Le paludisme et les MTN qui sont à la fois la cause et la conséquence directes de la pauvreté sont ont été retenus pour ce qui est du domaine de la santé.

La mise en œuvre du projet de lutte contre le paludisme saisonnier et les MTN au Burkina Faso, au Mali et au Niger vise à augmenter l’accès à des interventions de prévention et de traitement de ces maladies. La rencontre du 16 au 18 février 2015, à Ouagadougou, est une réunion préparatoire qui offre l’opportunité aux pays concernés et à leurs partenaires d’échanger et de s’accorder sur la coordination et la collaboration qui devraient être faites en vue de la réussite du projet.

A entendre la représentante-résidente de la Banque mondiale, Mercy Tembon, «Le projet a le potentiel d’accroître l’utilisation efficace des ressources, de faciliter le partage de l’information, de l’expérience». Elle a donné l’assurance que le groupe de la Banque mondiale, principal bailleur, va accompagner les pays dans le plaidoyer, la mobilisation des ressources et le renforcement des capacités des acteurs pour l’atteinte des objectifs de développement de ce programme. Evoquant le choix porté sur les trois pays, le ministre de la Santé, Prosper Amédée Djiguimdé a affirmé que c’est à cause de la similarité de leurs problèmes et de leurs expériences communs. «Les populations ont une lourde charge de morbidité des MTN et il est possible d’utiliser des interventions communautaires pour prévenir la transmission saisonnière du paludisme», a-t-il indiqué. Il a également souligné l’expérience de ces pays à élaborer des projets-pilotes, sans oublier qu’ils reçoivent une aide complémentaire d’autres partenaires techniques.  L’OMS, selon son représentant-résident au Burkina Faso, Jean Bosco Ndihokubwayo,  est prête à accompagner, à apporter toute son expertise pour le développement et le suivi de ce projet. Quant au représentant de l’Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS), Carlos Brito, il a souligné que la réunion de Ouagadougou revêt un enjeu majeur. En ce sens qu’elle doit définir les bases de cette nouvelle croisade contre ces maladies. Pour lui, le programme est une preuve de partenariat solidaire entre la Banque mondiale, l’OMS, l’OOAS, les pays du Sahel et d’autres partenaires. Et, sa réussite apportera un souffle nouveau aux efforts consentis pour l’amélioration de la santé des populations.

Habibata WARA
Sidwaya

Mise à jour le Mardi, 17 Février 2015 07:18
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net