District sanitaire de Nouna : 61 cas d’accouchement à domicile enregistrés Imprimer
Écrit par L'Observateur paalga   
Vendredi, 01 Avril 2016 09:51

A l’instar de ses pairs, le district sanitaire de Nouna a organisé le mardi 29 mars une rencontre de plaidoyer en faveur du deuxième passage 2016 des journées nationales de vaccination conte la poliomyélite. Lors de cette rencontre, le bilan de la première campagne a été présenté aux participants. Le nombre d’accouchements à domicile (61 cas) notifié au cours de cette opération aura marqué tous les esprits.

Le deuxième passage des journées nationales de vaccination (JNV) contre la poliomyélite aura lieu du 1er au 04 avril 2016 au Burkina avec pour objectif d’interrompre la transmission du polio virus sauvage (PVS).

 

 

S’il est vrai que notre pays a été certifié indemne de la circulation du poliovirus sauvage, reconnaît le haut-commissaire de la province de la Kossi, il n’en demeure pas moins qu’il faut rester vigilant face à cette maladie invalidante.

 

Au cours du premier passage 2016 qui s’est déroulé du 26 au 29 février ; au total 139 993 enfants de 0 à 59 mois ont été vaccinés dans le district sanitaire de Nouna avec un taux de couverture de 101,49%. Le nombre de réticences qui était de 39 lors des dernières JNV 2015 est baissé à 13.

 

Le tableau sombre a été cette fois-ci le nombre d’accouchements à domicile. Au cours de la première campagne de vaccination 2016, ce sont 61 cas qui ont été enregistrés. Que des femmes continuent à accoucher à domicile malgré la proximité des formations sanitaires est un fait qui dépasse l’entendement mais qui trouve ses raisons dans les pesanteurs socioculturelles, selon le médecin chef du district sanitaire de Nouna, le Dr Abdoul Aziz Ouédraogo.

 

Selon des investigations, certaines femmes accouchent à même le sol pour être en conformité avec certaines croyances qui disent que l’homme est né poussière. Selon le Dr Ouédraogo, les risques liés à ce phénomène sont nombreux avec en tête le tétanos et autres infections liées au nouveau-né.

 

Le chiffre est alarmant, selon le haut-commissaire, Alfred Ouaré, président du conseil de santé du district sanitaire de Nouna, qui demande à tous les leaders d’opinion de s’impliquer afin de mettre un terme aux accouchements à domicile.

Boureima Badini

L'Observateur paalga

Mise à jour le Vendredi, 01 Avril 2016 09:59