Hôpital Yalgado : Bouffée d’oxygène pour la Réanimation PDF Imprimer Envoyer
Écrit par L'Observateur paalga   
Vendredi, 15 Avril 2016 08:14

Lorsque vous avez un malade en réanimation et qu’on vous dit que l’oxygène est fini, il y a de quoi vous couper le souffle. Cette situation n’est désormais qu’un mauvais souvenir aussi bien pour les patients que pour l’hôpital Yalgado-Ouédraogo. Cela, grâce aux travaux de rénovation du service de la réanimation polyvalente réalisés avec l’appui financier de la République de Chine Taïwan à hauteur de 100 millions de FCFA.

Le service de réanimation est le lieu où sont traités les malades dont le pronostic vital est engagé, très mal en point, de même on pense qu’en mettant en branle la réanimation, leur situation sera réversible. Ce service occupe une place centrale et est le carrefour de toutes les pathologies qui, dès qu’elles se compliquent jusqu’à un certain niveau, sont passibles d’être prises en charge en réanimation : « Nous prenons en charge des malades graves dont le pronostic vital est engagé et qui ont plusieurs défaillances viscérales », a expliqué le Pr Joachim Sanou, responsable du service de la Réanimation.

 

Cependant, ce service ne disposait pas toujours de tous les éléments nécessaires à son bon fonctionnement : « La réanimation fonctionnait avant la rénovation, mais, par moments, avec des difficultés pourtant les malades qui y viennent nécessitent une prise en charge lourde commençant par les infrastructures, les équipements et l’oxygène souvent en manque », a confié le Pr Sanou.

Visiblement, la réhabilitation de ce service central de l’hôpital est tombée à pic. Les responsables du CHU-YO ne remercieront pas assez la représentation diplomatique de la Chine Taïwan au Burkina en ces termes : « Nous avions vraiment des difficultés mais grâce à l’appui financier de Taïwan, notre service de Réanimation, destinée à prendre en charge les plus désespérés, est rénové. Imaginez-vous, le service de la dernière chance qui se trouve démuni ou en panne ! Comprenez que nous étions sérieusement handicapés avec, comme corollaire, des pertes parfois de vie. Nous sommes vraiment heureux pour leur contribution », a souligné le directeur général de Yalgado, Bibia Robert Sangaré.

Lors de cette cérémonie de remise officielle, la joie n’était pas seulement chez le bénéficiaire mais aussi chez le donateur Shen Cheng-Hong, ambassadeur de Chine-Taïwan au Burkina, qui a affirmé : « Je suis très content que l’ambassade à travers un cofinancement avec les engagements nationaux, pourra contribuer à la santé de la population burkinabè ».

Le constat de la rénovation a été fait en présence du secrétaire général du ministère de la Santé, Robert Lucien Jean Claude Kargougou, qui, lui aussi, n’a pas caché sa joie.

Comme le bonheur ne vient jamais seul, le Centre hospitalier universitaire Yalgado-Ouédraogo a bénéficié de la construction d’un centre unique des prélèvements biomédicaux financé à hauteur de 150 millions par le Projet de reconstruction et d’équipements de l’hôpital (PREQ) et dont la réception a été faite séance tenante.

Auparavant, pour faire des examens de santé à Yalgado, il fallait se rendre dans les différents laboratoires et se faire administrer des piqûres selon le nombre d’examens à faire. Désormais, les choses sont différentes, il suffira de vous diriger derrière le bâtiment des urgences pour voir l’imposant R+1 nouvellement construit pour vos différents examens.

Plus besoin de se pavaner d’un bâtiment à l’autre. Pour le chef du département laboratoire, le Pr Mamadou Sawadogo, ce centre a été créé pour 3 objectifs :

 

- la qualité de l’échantillon pour garantir celle de l’analyse. Selon le Pr Sawadogo, les prélèvements doivent se faire de façon coordonnée, car si vous en avez déjà fait, cela influence le 2e et joue sur la qualité de l’analyse ;

- en outre, si le patient se fait piquer à plusieurs endroits, c’est un traumatisme qui influencera ses paramètres biologiques.

- enfin, s’il y a une qualité de la prise en charge, le traitement sera meilleur.

 

Ce centre comporte un guichet automatique de paiement, une salle de prélèvements, un hall d’attente équipé, des bureaux, des salles d’examen de laboratoire…

Il est vrai que la réception de ces ouvrages intervient au moment où les critiques surviennent de toutes parts, mais osons croire que cet hôpital national répondra de plus en plus aux attentes.

 

Ebou Mireille Bayala


Travaux effectués

 

Concernant la remise à niveau du réseau des fluides médicaux :

- acquisition et installation d’une centrale d’air médical d’une capacité de 600 m3 avec 3 groupes de relai ;

- acquisition et installation d’une centrale d’oxygène de 100 m3 avec un branchement de dix (10) bouteilles ;

- réhabilitation et installation de trois (03) prises supplémentaires à l’intérieur du service ;

- le tout d’une valeur d’environ quarante millions trois cent mille (40 300 000) F CFA.

 

Concernant les travaux de réhabilitation du service :

- la reprise totale de l’ensemble de la peinture intérieure,

- la reprise totale du circuit électrique ;

- l’acquisition et l’installation de portes en aluminium au niveau des entrées principales, des salles de réanimation et des grandes brûlées ;

- la réhabilitation des autres ouvertures ;

- la réhabilitation partielle du plafond de l’ensemble du bâtiment,

- l’installation et l’acquisition des climatiseurs et lavabos aseptiques ;

- l’acquisition et l’installation de matériels et mobiliers de bureaux ;

- le tout d’une valeur totale de soixante millions (60 000 000) de F CFA ;

- enveloppe totale : cent millions (100 000 000) de F CFA.

L'Observateur paalga

Mise à jour le Vendredi, 15 Avril 2016 08:26
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net