Etats généraux de la justice: les OSC se concertent PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Jeudi, 19 Février 2015 07:50

Le ministère de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique  a organisé une réunion de concertation, le mardi 17  février 2015 à Ouagadougou, avec les Organisations de la société civile (OSC). Ils ont examiné les forces et les faiblesses de la justice burkinabè en vue de préparer les prochains états généraux de la justice. En prélude à la tenue des états généraux de la justice, les Organisations de la société civile (OSC) sont invitées à faire un état des lieux de la justice burkinabè. C’est dans cette optique, qu’elles se sont réunies à Ouagadougou, le mardi 17 février 2015, à Ouagadougou pour faire une analyse critique du système judiciaire et de ses acteurs.

Pour la ministre de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique, Joséphine Ouédraogo, présidant la cérémonie d’ouverture des travaux,  «la société burkinabè est en rupture de démocratie et de justice». Selon elle, l’ensemble des stratégies portées par les diverses réformes ne constituent pas une réponse suffisante aux grands problèmes du système judiciaire.  Il est donc capital de faire un travail de sensibilisation et de diagnostic en la matière. «Il est important d’entendre directement, de chercher à comprendre et à documenter les perceptions, les témoignages et les diverses préoccupations du peuple burkinabè sur le fonctionnement de la justice», a-t-elle déclaré. Pour le représentant du conseil national des OSC du Burkina Faso, Jonas Hien, les états généraux doivent poser les bases solides permettant de rétablir de façon définitive la confiance perdue des Burkinabè en leur justice. Selon lui, les reproches majeurs faits à la justice aujourd’hui, sont le dysfonctionnement de l’appareil judiciaire, la corruption, le manque d’indépendance véritable et un accès sélectif à la justice. D’où, la méfiance du citoyen vis-à-vis de cette institution. Les états généraux ne «doivent pas paraître comme du déjà-vu». C’est pourquoi M. Hien pense que la réunion préparatoire des OSC est une étape indispensable au cours de laquelle sont recensées les attentes des citoyens. Comment rendre effective l’indépendance de la magistrature ? Comment réhabiliter la confiance entre les citoyens et la justice ? Comment faciliter l’accès à la justice et la compréhension du droit ? Ce sont les questions auxquelles, les participants ont tenté de répondre au cours des travaux. Le bon fonctionnement du service public de la justice et la prise en compte des droits humains dans les procédures judiciaires seront également à l’ordre du jour, a-t-il indiqué.

 

C’est le 11 décembre 2014 à Dédougou que le Conseil des ministres a pris la décision d’organiser les états généraux de la justice burkinabè prévus du 24 au 27 mars 2015.

Habibata WARA
Sidwaya

Mise à jour le Jeudi, 19 Février 2015 08:11
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net