Transport routier :les modalités d’immatriculation des véhicules révisées PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Jeudi, 23 Février 2017 08:42

Le premier Conseil des ministres du gouvernement Thiéba II s’est tenu, le mercredi 22 février 2017 au palais de Kosyam, sous la conduite du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré. Au lendemain de la traditionnelle séance de prise de contact, les membres du gouvernement Paul Kaba Thiéba II se sont  mis à la tâche pour répondre aux aspirations des populations.

En effet,  la  nouvelle équipe gouvernementale  a tenu son  premier Conseil des ministres,  le mercredi 22 février 2017 au palais de Kosyam, sous la présidence du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, avec plusieurs dossiers d’intérêt sur la table. L’exécutif  a  adopté un décret  fixant les modalités d’immatriculation des véhicules automobiles, remorques, semi-remorques et des  cycles dont la cylindrée est égale ou supérieure à 50 cm3.  Un acte par  lequel  le  gouvernement  entend se conformer à la loi  tout en prenant en compte les menaces sécuritaires du moment, à en croire le ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou.  « La loi stipule que tous les dix ans, nous devons revoir  les  conditions d’immatriculation dans notre pays.  Il n’y en a pas eu depuis 2005.  En plus de cela, il y a la question de la sécurité qui se pose. Dans le contexte actuel, le fichier existant  ne permet pas d’avoir une bonne traçabilité des véhicules et motos qui peuvent être utilisés pour commettre des actes attentatoires à la sécurité », a-t-il dit. Avec l’adoption de ce décret,   a ajouté  le porte-voix de l’exécutif,  les Burkinabè auront 36 mois pour se mettre à jour.   Le Conseil des ministres s’est aussi penché sur la stratégie nationale de l’état civil révisée au Burkina Faso, en témoigne l’adoption de deux décrets.  « La stratégie, qui existait  depuis 2012, a été révisée après évaluation.  Elle prend en compte six axes, à savoir la modernisation et la sécurisation, le renforcement des capacités des structures et des acteurs de l’état civil, la vision des populations au service de l’état civil, la production de statistiques, la consolidation des cadres juridiques et institutionnels, et le suivi- évaluation »,  a expliqué M. Dandjinou. La stratégie nationale de l’état civil révisée est estimée à environ 35 milliards de francs CFA,  pour un plan d’actions couvrant la période 2017-2021.  Elle est financée à hauteur de 30% par le budget de l’Etat et à 70% par les partenaires techniques et financiers.

 

 

Une loi en vue pour protéger les végétaux

La protection de l’environnement a  également  été au cœur des travaux de l’instance gouvernementale. Un  projet de loi sur la protection des végétaux a été adopté,  selon le ministre de la Communication. « Nous avons un décret présidentiel datant de 1961, qui ne prenait pas en compte cette question dans le cadre d’une législation appropriée. Si le projet venait à être adopté à l’Assemblée nationale, il va permettre de protéger les végétaux, les consommateurs et l’environnement contre les risques liés à l’introduction et à la dissémination d’organismes nuisibles dans notre pays », a-t-il précisé, citant  l’exemple de la jacinthe, qui colonise les plans d’eau. Le secteur de la communication  a  été un autre centre d’intérêt  du  Conseil des ministres.  Un décret portant définition des conditions et  règles applicables  à l’exercice des professions publicitaires  a été validé.  « Il y a la loi 095,  adoptée par le Conseil national de la transition, qui régit la publicité.  Il était donc nécessaire d’avoir un décret d’application  qui puisse permettre à cette loi d’être effective »,  a argué  le ministre Dandjinou.  Enfin,  l’organisation  de la  XXVe édition du  Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO),  prévue du 25 février au 4 mars prochain à Ouagadougou, a  fait  l’objet d’échanges. La  cérémonie d’ouverture connaitra la présence du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, idem pour  la clôture, à laquelle il assistera  aux côtés de son  homologue ivoirien, Alassane Ouattara.  Cette présence se justifie par le choix de la Côte d’Ivoire comme pays invité d’honneur de l’édition 2017 de la biennale du cinéma. Aucune nomination n’a  été  faite, que ce soit à titre individuel ou dans les conseils d’administration,   au cours des travaux de l’instance  gouvernementale.

 

Kader Patrick KARANTAO

Sidwaya

 

 

Mise à jour le Jeudi, 23 Février 2017 08:58
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net

 

Recherche

Annonces et agenda

17e édition de la Journée nationale du Paysan: Le comité d’organisation à pied d’œuvre

Le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire(MASA), Mahama Zoungrana, a installé le 13 janvier 2014, à Ouagadougou, le comité national d’organisation de la 17e édition de la Journée nationale du paysan(JNP), prévue pour se tenir du 3 au 5 avril 2014 à Fada N’Gourma. A moins de trois mois de la tenue de la 17e édition de la Journée nationale du paysan (JNP), les membres du comité national d’organisation ont été installés le 13 janvier 2014 par le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire (MASA) , Mahama Zoungrana.

Lire la suite...
 
JPEX 2013 : Journée Parcours de l’Excellence, 2eme édition

Dates et lieu: Ven. 6 décembre et sam. 7 décembre 2013-11-13 à l’Ambassade du Burkina Faso - 159 Boulevard Haussmann, 75008 Paris

Thème : « Emploi et Investissement en Afrique : Les perspectives d’un développement durable »

Pour plus d’informations, voir : www.laceb-agora.com

Lire la suite...
 
De l’huile frelatée saisie

Il n’y a pas longtemps, des bidons d’huile frelatée ont été saisis par les forces de police à Bobo-Dioulasso. Une opération du même type à Ouagadougou a aussi permis de mettre le grappin sur des bidons d’huile de vidange distillée et destinée à la consommation. Ces produits impropres à la consommation sont dommageables à la santé des consommateurs. Les impuretés peuvent s’accumuler dans les vaisseaux sanguins, s’attaquer au foie et prédisposer les consommateurs aux maladies cardiovasculaires. Ces deux saisies ne sont pas des faits isolés et en appellent à plus de ténacité dans la lutte contre la contrefaçon des produits alimentaires. C’est le lieu d’inviter les consommateurs à plus de vigilance et à collaborer avec les services impliqués dans la lutte contre ces produits illicites, car il y va de leur santé.

Nestor BAKI

Sidwaya

 

Bannière 2D Solutions

Bannière

Petites annonces

Bannière

Meteo

Prévisions météo Ouagadougou