Les cinéastes saluent la mémoire des pionniers disparus PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Mercredi, 01 Mars 2017 09:02

Les acteurs du 7e art africain ont rendu un vibrant hommage aux disparus, à travers la cérémonie de libations, le dimanche 26 février 2017, à la place des Cinéastes de Ouagadougou. Réalisateurs, producteurs, comédiens et promoteurs de films, ont pris d’assaut, le dimanche 26 février 2017 à Ouagadougou, la place des Cinéastes pour la traditionnelle cérémonie de libations.

A l’unisson, ils ont fait le tour du monument à plusieurs reprises, qui a été drapé de l’effigie des illustres disparus. Cet évènement qui célèbre les prouesses des cinéastes a connu la présence du ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme du Burkina Faso, Tahirou Barry, de celui de la Culture et de la Francophonie de la Côte-d’Ivoire, Maurice Kouakou Bandaman  et du doyen, Timité Bassori, l’un des pères-fondateurs du cinéma ivoirien. Le doyen Bassori a, au nom de ses pairs, salué l’action des devanciers du cinéma. Il a noté que ce cérémonial de libations est symbolique et témoigne de la volonté du peuple burkinabè, à vouloir hisser le cinéma africain sur d’autres continents. Le ministre Tahirou Barry a pour sa part, rappelé que ce rituel est un devoir de mémoire et de reconnaissance à tous les cinéastes qui ne sont plus de ce monde et qui ont œuvré de façon significative, à promouvoir le cinéma africain. Le ministre ivoirien en charge de la culture, Maurice Kouakou Bandaman, dont le pays est l’invité d’honneur de cette 25e édition du Festival, a souligné que malgré certaines circonstances qui aurraient pu empêcher la tenue de cette biennale, le gouvernement et le peuple burkinabè n’ont pas voulu manquer à ce rendez-vous des cinéastes, qu’est le FESPACO. «C’est ce qui nous permet de rendre aujourd’hui, un hommage aux pionniers du cinéma africain et de nous rattacher à leur esprit, afin que le cinéma africain prospère et que les jeunes puissent s’inspirer du bel exemple de leurs devanciers», a-t-il détaillé. La cérémonie de libations se tient à chaque édition du FESPACO. Elle a été initiée par l’un des doyens du cinéma africain, le Sénégalais, Sembène Ousmane, décédé en 2008.

 

Après ce rituel, s’en est suivie l’inauguration d’une statue de bronze du cinéaste ivoirien, Fadika Kramo Lanciné, dressée sur l’avenue des cinéastes. M. Fadika qui a remporté l’Etalon d’or de Yennega 1981, avec son film «Djéli», a exprimé sa fierté d’être célébré de son vivant. Sa conviction est que le cinéma africain a de l’avenir et il faut encourager la jeune génération qui a beaucoup d’ambition. Il a également plaidé pour que les autorités mettent plus de moyens à la disposition des cinéastes, afin qu’ils puissent bien jouer leur partition.

 

Afsétou SAWADOGO

Sidwaya

Mise à jour le Mercredi, 01 Mars 2017 09:08
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net