Fespaco 2017 : Le Burkina Faso remporte quatre prix spéciaux PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Lundi, 06 Mars 2017 10:09

La commission prix spéciaux de la XXVe édition du FESPACO a proclamé, le vendredi 3 mars 2017, les résultats de douze prix spéciaux sur les treize prévus. Deux réalisateurs burkinabè remportent quatre prix. Douze des treize lauréats des prix spéciaux de la XXVe édition du FESPACO sont connus. Les résultats ont été dévoilés dans l’après-midi du vendredi 3 mars 2017 au cours d’une cérémonie placée sous la présidence du ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Rémis Fulgance Dandjinou.

Les Burkinabè Jérôme Yaméogo avec « La rue n’est pas ma mère » et Appoline Traoré avec « Frontières » remportent, chacu,n deux prix. Le président de la commission prix spéciaux, Brice Flavien Ouédraogo a exprimé sa gratitude aux donateurs pour leur contribution qui participe au rayonnement du festival et constitue une source de motivation pour les cinéastes. A l’écouter, l’enveloppe globale pour ces prix est de 80 millions. Le ministre en charge de la communication tout en saluant l’énorme travail des cinéastes africains, a indiqué que les films projetés au cours de cette édition ont permis de magnifier les diversités culturelles et témoignent de la vitalité de créativité des femmes et hommes du 7e art. En outre, il a salué la mobilisation des festivaliers pour cette XXVe édition,  preuve de l’intérêt qu’ils portent au cinéma et à la culture, en général. Par ailleurs, Rémis Fulgance Dandjinou s’est réjoui de l’effort remarquable des donateurs, pour accorder plus de consistance et de pertinence aux prix spéciaux. « Je vous félicite vivement pour votre participation et vous invite à demeurer dans cette dynamique de soutien au cinéma africain », s’est-il adressé aux donateurs non sans féliciter les lauréats de ces prix. Du reste, Brice Flavien Ouédraogo a lancé un appel à d’autres bienfaiteurs, à attribuer des prix aux prochaines éditions. Le lauréat du prix spécial de l’Union européenne, le seul non proclamé, sera connu au cours de la cérémonie de clôture de la biennale du cinéma, le samedi 4 mars 2017.

 

 

Joseph HARO

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


Des lauréats se réjouissent

 

Jérôme Yaméogo, lauréat de deux prix spéciaux (Burkina Faso) : « Je suis content d’avoir eu ces prix. Quand je traitais le sujet, le retour des enfants en ville, nous avons fait de très belles images. Déjà, la valeur du film,  c’est de pouvoir montrer ce qui se passe en ville. Le développement, l’exode rural vers la ville. C’est ma contribution, de montrer que ce n’est pas parce qu’il y a la lumière en ville qu’il y a le bonheur ».

 

Marie Clémentine Dusabejambo, deux prix spéciaux (Rwanda) : « Je suis très heureuse de recevoir ces prix. Dans ce film je m’intéresse à la vie au quotidien des gens, des expériences, les choses que l’on vit mais qu’on n’arrive pas à exprimer. C’est une quête profonde sur nos places dans nos communautés, nos rapports des uns avec les autres sur les droits de l’Homme et les valeurs humaines ».

 

Sylvestre Amoussou, prix de l’Assemblée nationale (Benin) : « Ce qui est très important pour moi c’est que les politiques de nos pays vont comprendre le message de liberté, de la réappropriation et de la transformation de nos matières premières pour que vive l’Afrique. J’ai une conviction, je m’en démords et je me bats pour la liberté et l’indépendance totale du continent. La manière dont le public a reçu le film ici m’a enthousiasmé. J’ai transféré ce que les gens pensaient sur le grand écran. Mais que les politiques qui connaissent mieux les coulisses du pouvoir me récompensent pour ce film, j’en suis très honoré ».

 

Un prix en déphasage avec le règlement ?

S’il y a un prix qui a suscité une réaction particulière du public de la cérémonie de proclamation des prix spéciaux du XXVe FESPACO, c’est bien celui du Marocain Khallaf pour son film "A mile in my Shoes de Said”. En effet, le cinéaste a reçu seulement de la part du donateur, la Fédération africaine des critiques cinématographiques un diplôme. Ce qui a provoqué des murmures dans l’assemblée. Pourtant le règlement des prix spéciaux, notamment en son article 4, stipule que la valeur du prix va de 2 millions à 15 millions de francs CFA selon le statut du donateur. Qu’est-ce qui justifie alors que ce diplôme ne soit pas accompagné d’enveloppe comme les autres? Le Comité d’organisation est interpellé!

 

J.H.

Sidwaya

Mise à jour le Lundi, 06 Mars 2017 10:13
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net