Sit-in CRS : «Nous avons un plan B même C si besoin…» PDF Imprimer Envoyer
Écrit par L'Observateur paalga   
Mercredi, 19 Avril 2017 10:25

Des agents de la Police nationale, notamment des policiers de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) étaient en sit-in hier 18 avril 2017 devant leur Groupement central situé dans le quartier Dassasgo de Ouagadougou. Ils voulaient, à travers cette démarche, exprimer leur mécontentement à l’autorité, convaincus qu’ils sont sous-payés pour ce qui est des services payés qu’ils assurent au profit des sociétés privées (hôtels, banques et mines surtout). Face à cette situation, notre interlocuteur principal, qui a requis l’anonymat, a traduit son indignation et celle de ses camarades puis a assuré de leur détermination à se faire entendre avec des «plans B et même C, qu’on ne peut pas évoquer pour l’instant».

Les agents de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) qui assurent la sécurisation des établissements privés veulent avoir plus de clarté dans la nature des contrats qui les lient avec ces structures. «On demande les différents contrats authentiques qui nous lient avec les banques, les hôtels et surtout les mines», a affirmé un agent qui n’a pas voulu s’identifier. Selon ses propos, l’argent reçu, en contrepartie des services rendus aux particuliers, est en deçà de ce dont ils devraient bénéficier. «De ces services que vous voyez, on ne dispose que de 5000 francs CFA par jour, nous faisons des escortes de bus à des milliers de km pour 2500 francs CFA. Au premier mouvement, on nous a dit que c’est 10 000 francs, mais on nous a amené de faux contrats», a-t-il expliqué. Et d’ajouter que quand ils ont parlé de ce qu’ils perçoivent avec la représentante d’une société minière, celle-ci n’en revenait pas. Ils disent pourtant avoir connaissance de contrats qui valent 700 000 ou 800 000 francs CFA. Pis, leurs responsables indiquent avoir des marchés de gré à gré avec certaines structures si bien que le service dans ces endroits n’est pas payé, donc pas de retombées non plus. «S’ils ne sont pas malins, nous ne sommes pas idiots aussi», a déclaré notre interlocuteur.

 

A l’écouter, certains policiers ont évoqué la question dès 2011 et ont été soit blâmés, soit radiés des effectifs. Une situation qui a été un élément catalyseur des mutineries de la même année et au mois d’avril de surcroît. Pour lui et ses camarades, il n’est plus tolérable que des personnes s’enrichissent sur leur dos. «On est vraiment mécontent, les entreprises privées paient normalement, pourquoi on ne nous donne pas ce qu’on nous doit. Il y a beaucoup, si on leur retire ces pains, ils ne pourront plus vivre. Ils ont des maisons, des voitures rutilantes, ils envoient leurs enfants à l’étranger et on nous traite comme des orphelins, on nous vend à qui on veut», a-t-il dit.

Le mouvement du jour, selon lui, peut être perçu comme un message et ils disposent de plans B et C qu’il ne convient pas de déballer. «On ne va jamais se reposer ici, on a un plan B et le PNDES risque de prendre un coup», a-t-il prévenu. Il a laissé, du reste, savoir qu’ils comptent utiliser la voie judiciaire avec les preuves dont ils ont pour être réhabilités. Pour lui, l’action ne vise pas à nuire à l’Etat burkinabè ni à qui que ce soit mais il s’agit d’un problème interne qui peut être résolu. Et pour un début de résolution justement, le mouvement a exigé le départ du directeur général de la police, Lazare Tarpaga, et du directeur de l’unité d’intervention, Simon Soubeiga, qui ne seraient plus qualifiés pour discuter avec eux.

Il a finalement mentionné un autre problème qui réside au niveau de la dotation en tenue. «Ce sont de nouvelles tenues que l’on porte uniquement lors des fêtes et après on les enferme dans des bureaux, dans des sacs. C’est une dotation ou ça ne l’est pas», a-t-il conclu avant de nous orienter vers l’Union nationale police (UNAPOL) pour avoir une vue plus large de l’étendue des préoccupations. Cette structure a d’ailleurs publié un communiqué relatif à ce sit-in (lire encadré). Nous nous sommes rendu à la Direction générale de la police pour nous entendre dire, au niveau du service communication et relations publiques, que l’affaire des services payés se trouve désormais au ministère de la Sécurité. Ainsi donc, notre vis-à-vis ne pouvait plus en dire davantage.

 

Aboubacar Dermé


L’UNAPOL solidaire des CRS

 

Militants et sympathisants de l'Union nationale police (UNAPOL)

Le bureau national de l'UNAPOL note avec consternation une détérioration du climat social liée à la question du service payé. En effet, ce matin, un mouvement d'humeur qui n'est autre que la suite logique du mouvement du mois précédent a repris au sein de la Compagnie Républicaine de Sécurité de Ouagadougou. Sans être l'instigateur de ce mouvement, l'UNAPOL comprend et soutient ce mouvement pacifique et discipliné qui ne vise que la sécurisation des services privés. En effet, lors des différentes rencontres avec le ministre de la Sécurité, celui-ci a toujours donné la garantie que la transparence serait faite autour des contrats régissant ces prestations. Ce fut la condition pour que les policiers acceptent de prendre le service payé du mois précédent.

Un mois plus tard, c'est le statu quo autour de la question, refus total de la hiérarchie de communiquer sur lesdits contrats. Pire, elle estime que la sécurité de certaines sociétés minières s'exécute sur la base de contrats verbaux et que la sécurité est gratuitement assurée à certaines sociétés privées.

Les policiers n'ont jamais refusé et ne refuseront sous aucun prétexte d'assurer le service public pour lequel ils ont été recrutés. Cependant, ils refusent d'assurer le service privé pour enrichir quelques individus.

L'UNAPOL, fidèle à sa mission de défendre les intérêts matériels et moraux des policiers, appelle l'autorité politique à régler le problème de toute urgence au lieu de verser facilement dans les tentatives d'intimidation et de vengeance dont certains sont coutumiers.

L'UNAPOL appelle l'ensemble des policiers à la solidarité envers les éléments du camp dans cette épreuve car ce problème n'est pas spécifique à ce seul service.

 

Pour le policier, l'UNAPOL ne lâche rien !

L'Observateur paalga

 

 

 

Mise à jour le Mercredi, 19 Avril 2017 10:31
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net