Police municipale : la troupe exige un reclassement de tous les agents PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Mardi, 25 Avril 2017 15:42

Un éventuel recrutement au sein de la police municipale de Ouagadougou fait des gorges chaudes au sein de la troupe. Elle a dénoncé, dans la matinée du mardi 25 avril 2017, une mesure du maire Armand Béouindé visant à «faire avancer seulement les gradés».

A l’issue d’une rencontre dans la soirée d’hier entre le maire de Ouagadougou, Armand Béouindé et les gradés de la police municipale, les agents ont été informés, le mardi 25 avril 2017, d’un éventuel recrutement de 10 inspecteurs, de 40 contrôleurs et de 20 assistants au sein de la troupe. Ce que celle-ci juge «inacceptable». «On s’est senti frustré, parce que nous sommes 388 agents et ils veulent recruter 20 assistants parmi nous. Il y a 18 assistants pour le poste de 40 contrôleurs, et 8 contrôleurs pour le recrutement de 10 inspecteurs», explique un policier municipal. Pour lui, il s’agit ni plus ni moins que «d’un reclassement ou d’une inscription».

 

Et d’ajouter: «On n’est pas contre la décision du maire, mais soit on augmente le quota au niveau des agents, soit nous exigeons un reclassement de tous les agents». Les agents refusent que leurs supérieurs organisent un concours pour «se faire avancer entre eux». «Parce qu’à notre entendement, c’est l’avancement des gradés. Les gradés sont avancés et les agents brimés», lâche un autre. Aussi, les agents se sentent léser dans les avancements.

 

Une fois la formation terminée à l’école de police, les soldats ont le droit de faire un concours professionnel chaque année, et ce après 3 ou 5 ans sur le terrain, foi d’un manifestant. «Ce qui n’est pas fait. Des gens ont travaillé pendant 10, 15, 20 ans sans progresser dans leurs carrières. J’ai 17 ans de service avec 2 V, pas d’avancement, pas de changement catégoriel», fulmine-t-il. Les policiers municipaux ont soumis une plateforme revendicative à la hiérarchie.

 

Celle-ci porte sur le reclassement «immédiat» de tous les agents et la suppression de ce corps et rehausser le niveau de la police municipale. «Il ne faut plus recruter les gens avec un niveau bas», affirme un sous-brigadier. Ils exigent également des concours professionnels et directs réguliers.

 

Le dernier recrutement au sein de la police municipale date de 2011, dénonçant un «vieillissement» du personnel. La troupe dit manquer de dotations et de moyens de riposte et ne sait pas non plus si les agents sont déclarés à la Caisse autonome de retraite des fonctionnaires (CARFO) ou à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).

 

Toutes nos tentatives pour avoir la version de la direction générale sont restées vaines. Une rencontre serait en vue avec le maire qui a proposé de recevoir une délégation des manifestants à l’Hôtel de ville. Ce que ces derniers ont décliné. «C’est toute la troupe qu’il doit recevoir ou personne», soutient une source.

 

Djakaridia SIRIBIE

Sidwaya

Mise à jour le Mardi, 25 Avril 2017 15:48
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net

 

Recherche

Annonces et agenda

17e édition de la Journée nationale du Paysan: Le comité d’organisation à pied d’œuvre

Le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire(MASA), Mahama Zoungrana, a installé le 13 janvier 2014, à Ouagadougou, le comité national d’organisation de la 17e édition de la Journée nationale du paysan(JNP), prévue pour se tenir du 3 au 5 avril 2014 à Fada N’Gourma. A moins de trois mois de la tenue de la 17e édition de la Journée nationale du paysan (JNP), les membres du comité national d’organisation ont été installés le 13 janvier 2014 par le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire (MASA) , Mahama Zoungrana.

Lire la suite...
 
JPEX 2013 : Journée Parcours de l’Excellence, 2eme édition

Dates et lieu: Ven. 6 décembre et sam. 7 décembre 2013-11-13 à l’Ambassade du Burkina Faso - 159 Boulevard Haussmann, 75008 Paris

Thème : « Emploi et Investissement en Afrique : Les perspectives d’un développement durable »

Pour plus d’informations, voir : www.laceb-agora.com

Lire la suite...
 
De l’huile frelatée saisie

Il n’y a pas longtemps, des bidons d’huile frelatée ont été saisis par les forces de police à Bobo-Dioulasso. Une opération du même type à Ouagadougou a aussi permis de mettre le grappin sur des bidons d’huile de vidange distillée et destinée à la consommation. Ces produits impropres à la consommation sont dommageables à la santé des consommateurs. Les impuretés peuvent s’accumuler dans les vaisseaux sanguins, s’attaquer au foie et prédisposer les consommateurs aux maladies cardiovasculaires. Ces deux saisies ne sont pas des faits isolés et en appellent à plus de ténacité dans la lutte contre la contrefaçon des produits alimentaires. C’est le lieu d’inviter les consommateurs à plus de vigilance et à collaborer avec les services impliqués dans la lutte contre ces produits illicites, car il y va de leur santé.

Nestor BAKI

Sidwaya

 

Bannière 2D Solutions

Bannière

Petites annonces

Bannière

Meteo

Prévisions météo Ouagadougou