Baccalauréat 2017 : Plus de 75 900 élèves aux portes de l’université PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Mercredi, 21 Juin 2017 08:30

Le ministre en charge de l’enseignement supérieur, le Pr Alkassoum Maïga, a lancé officiellement les épreuves du Baccalauréat,  le mardi 20 juin 2017, au Lycée Kourita de Koupèla (Province du Kourittenga).

Les épreuves écrites et orales du Baccalauréat, session 2017, se dérouleront du 20 juin au 7 juillet 2017 sur toute l’étendue du territoire national. 75 959 candidats iront à la conquête du premier diplôme universitaire. Le lancement officiel de ladite session a eu lieu, le mardi 20 juin 2017, au Lycée Kourita de Koupèla, chef-lieu de la province du Kourittenga (Centre-Est). C’était  en présence du ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation (MESRSI), le Pr Alkassoum Maïga. Avant le début des épreuves fixé à 7 heures et demie, celui-ci et sa délégation ont fait le tour de quelques classes. De la salle n° 1 à la salle n° 7 en passant par la salle n° 2 du jury n° 142, le message de l’hôte du jour a été le même. «Je suis venu vous inviter à nous rejoindre à l’Université Ouaga I, Pr Joseph-Ki-Zerbo», a-t-il lancé aux candidats de la salle n° 1, sur un ton humoristique. Cette «plaisanterie » a donné lieu à des sourires et des applaudissements dans la salle. Au-delà de cette ambiance bon enfant, il a souhaité obtenir de ses interlocuteurs d’une matinée, un taux de succès de 100%. Pour ce faire, il a demandé à ces derniers, plus de concentration et de sérénité avant d’aborder les sujets. «On ne vous demandera rien qui n’ait été vu au cours de l’année scolaire. Celui qui s’est préparé devra pouvoir s’en sortir sans grande difficulté. L’examen se prépare dès le premier jour de la rentrée», a-t-il commenté. De son avis, tout examen est une évaluation du niveau d’assimilation des leçons apprises en classe. Allez-y, a-t-il conseillé, à l’essentiel. La traditionnelle ouverture d’enveloppe a eu lieu dans la salle n° 7, série D. Après avoir présenté l’enveloppe kaki contenant les sujets de français, le ministre Maïga a laissé les «futurs» étudiants prendre connaissance de l’épreuve de français (contraction de texte, commentaire composé et dissertation).

 


Plus de 4 milliards de F CFA mobilisés

Les Lycées Saint Philippe et départemental de Koupèla ont également reçu la visite du premier responsable du ministère en charge de l’enseignement supérieur. Interrogé sur le choix de la ville de Koupèla pour le lancement du Baccalauréat 2017, le Pr Maïga a indiqué qu’il s’agit d’un choix parmi tant d’autres. Toutefois, il a admis retrouver avec plaisir, Koupèla, qui a été à plusieurs reprises, un site de travaux et de rencontres universitaires de par le passé. Sur le dispositif mis en place pour minimiser ou contrer toute éventuelle fraude à cette session, il a soutenu que toutes les dispositions ont été prises pour assurer un déroulement transparent des examens, sans pour autant, en dépit de l’insistance des journalistes, donner plus de détails.

Je les ai invités cependant, a-t-il dit, à se départir de toute attitude compromettante et de tout comportement frauduleux pouvant entraîner des conséquences fâcheuses. Pour lui, le Burkina Faso a la chance d’avoir un diplôme qui a encore de la valeur. Selon le directeur régional en charge de l’enseignement supérieur, Pascal Idrissa Tiendrebéogo, le Centre-Est compte 3968 candidats au Baccalauréat séries A4 et D. Au nombre  de 17, les jurys sont répartis dans 5 centres principaux (Ouargaye, Tenkodogo, Garango, Pouytenga et Koupéla). Au plan national, les 75 959 candidats en quête de leur passeport pour l’université sont inscrits dans 303 jurys répartis dans 138 centres d’examens. A entendre le ministre Maïga, plus de 4 milliards 26 millions de F CFA (4 026 596 750 F CFA) ont été nécessaires pour l’organisation du Baccalauréat, session 2017. «A la suite des négociations avec les partenaires sociaux relatives aux indemnités et grâce à l’accompagnement du gouvernement, le budget de l’ensemble de la session a été entièrement bouclé. Toutes les ressources humaines et matérielles ont été mobilisées», a-t-il assuré. La présente session est marquée par la prise en compte du Baccalauréat professionnel, option Coupe-couture (C.C.).

 

Aubin W. NANA

Sidwaya

Mise à jour le Mercredi, 21 Juin 2017 08:38
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net