Ramadan 2017 : La solidarité entre religions, magnifiée à Bobo PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Mercredi, 28 Juin 2017 07:48

L’Aïd el-Fitr ou encore Ramadan a été célébré, le dimanche 25 juin 2017 à Bobo-Dioulasso. A travers une prière publique, à la place Wara-Wara, les fidèles musulmans ont communié avec les autorités et les représentants des autres confessions religieuses.

Une prière de deux rakats, suivie de quelques invocations et bénédictions du grand imam de la mosquée de Dioulassoba, Siaka Sanou. C’est le scénario de la grande prière du Ramadan 2017, ce dimanche 25 juin  à Bobo-Dioulasso.  Après un mois de pénitence, les fidèles musulmans de Bobo-Dioulasso, ont encore sacrifié à ce rendez-vous religieux. Comme il est de coutume, c’est la place Wara-Wara, située à quelques encablures de la grande mosquée de Dioulassoba, qui a accueilli la grande prière. Dès 8 heures, les lieux étaient déjà bondés de monde, attendant l’arrivée du grand imam. Après la séance de prière, qui a duré environ une dizaine de minutes, l’imam Siaka Sanou, a d’office souhaité que Dieu exauce les vœux de tous les musulmans durant tout ce mois de jeûne et qu’il protège toutes les autorités de Bobo-Dioulasso. Autorités qui d’ailleurs, étaient aussi de la partie. A la tête de la délégation le gouverneur de la région des Hauts-Bassins, Antoine Atiou, a dit être venu soutenir la communauté musulmane, pour cette célébration. « Nous sommes là pour saluer la communauté musulmane et communier avec elle à l’occasion de la fête du Ramadan», a laissé entendre le gouverneur. Avant de se réjouir de la solidarité entre religions à Bobo-Dioulasso. « Nous sommes ravis de voir que le dialogue inter-religieux se manifeste ici, puisqu’il y a toutes les communautés qui se joignent aux musulmans », a ajouté Antoine Atiou. Cette visite de soutien a été aussi une occasion pour le gouverneur Atiou de demander à la communauté musulmane de prier pour la paix, la sécurité, et la prospérité au Pays des Hommes intègres. Quant à l’abbé Jaques Sanou, ayant représenté la communauté catholique de la ville, il a souhaité que cette fin de jeûne soit une occasion de conversion pour « ses frères musulmans »,  car, a-t-il expliqué, « chacun a besoin de se convertir, pour bâtir un monde plus fraternel de paix et d’amitié ». Une fois la prière terminée, place à la célébration en famille. Mariam Kéita, une fidèle du secteur n°10 de la ville, compte faire la fête auprès de sa progéniture. « Après la prière, je fêterai dans la joie, avec mes enfants et cela pour toutes les grâces que Allah nous a données durant ce mois de jeûne », a-t-elle confié. Et d’ajouter que cette fête doit être celle de tous les croyants, car, a-t-elle estimé « il n’y a pas de différence entre les chrétiens et les musulmans ».

 

 

Alpha Sékou BARRY

Isabelle W. KINDA

(Stagiaire)

Sidwaya

Mise à jour le Mercredi, 28 Juin 2017 07:51
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net