Inhumation de Natama : Le dernier hommage à l’homme... PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Sidwaya   
Vendredi, 23 Mars 2018 09:42

Décédé le dimanche 18 mars dernier, l’homme politique, Jean-Baptiste Natama, a été accompagné à sa dernière demeure, le jeudi 22 mars 2018, au cimetière municipal de Gounghin à Ouagadougou par une foule immense. Camarades politiques, compagnons de la Jeune chambre internationale, membres du gouvernement, amis et parents lui ont rendu un dernier hommage.

C’est dans une atmosphère lourde, pleine d’émotions que Jean-Baptiste Natama a été accompagné à sa dernière demeure, hier jeudi 22 mars 2018, au cimetière municipal de Gounghin à Ouagadougou. Camarades politiques, parents, compagnons de la Jeune chambre international (JCI), membres du gouvernement sont venus rendre un dernier hommage au patriote et homme politique qui les a quittés à jamais. Soupires, larmes, sonnerie aux morts et oraisons funèbres ont rythmé cet adieu de la nation à « ce valeureux fils ». Pour ses camarades de la Jeune chambre international, Natama a été un mentor, un leader hors pair qui a su imprimer sa marque au sein de cette structure dont il a été le premier président de la JCI Ouaga soleil en 1995. Selon Ali Diaby Kassamba, le camarade à qui toute la nation rend hommage a gravi les échelons de la JCI jusqu’à devenir sénateur. Il retient de lui, un homme courageux, volontaire, droit, humain, vertueux et un digne fils. « Pour nous tu n’es pas mort, tu restes gravé dans nos esprits. Sénateur Jean-Baptiste Natama, repose en paix. Que la terre libre du Burkina Faso te soit légère », a-t-il lancé dans une voix pleine d’émotions.  Le cinéaste Adama Rouamba a été un compagnon de lutte du défunt. Pour lui, Natama a été un patriote dans l’âme qui a tant aimé son pays et un panafricaniste dont l’avenir du continent noir a été une boussole dans son combat. En outre, a-t-il ajouté, l’homme  a fait de l’avenir de la jeunesse burkinabè et africaine  son cheval de bataille.   « Tu n’es donc pas mort parce que tu  as joué ta partition pour l’avenir du Burkina Faso et de l’Afrique. Tu as démontré ta foi et ton intrépidité en tant que leader comme l’a fait Thomas Sankara.  Tu as été un homme de vision, d’engagement et de conviction », a affirmé Adama Rouaba.  Pour le porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, Jean-Baptiste Natama a été pour le Burkina Faso tout entier un leader qui a su incarner des valeurs. Au nom du gouvernement, il a présenté ses condoléances à sa famille biologique et politique.

 


Grand officier de l’Ordre national, à titre posthume

Né le 30 août 1964 à Léo dans la Sissili, Jean-Baptiste Natama  a été admis au PMK après son CEP en 1976 d’où il sortit avec le diplôme de préparation militaire supérieure et le diplôme de bachelier de l’enseignement de second cycle. Il a poursuivi sa formation militaire dans des écoles au Burkina Faso, en Afrique, en France. En 1985,  il a décidé de  monter au front du combat, en tant que jeune officier dans la guerre dite des pauvres entre le Burkina Faso et le Mali en vue de défendre la patrie. Il a poursuivi parallèlement ses études universitaires et  a obtenu une licence en philosophie, un DEA en droit, un DESS en stratégie et diplomatie. En 1993, il a  été mis à la disposition du ministère des Affaires étrangères pour une carrière de diplomate. C’est ainsi qu’il s’est consacré au maintien de la paix en Afrique en prenant part à plusieurs opérations de l’UA et de l’ONU dans les Grands Lacs et au Darfour. Sur la base de ses compétences en relations internationales, il a été sollicité en 2006 par le gouvernement  burkinabè pour occuper le poste de secrétaire permanent du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP) et du Nouveau partenariat pour le développement en Afrique NEPAD). Ses talents en diplomatie lui ont valu sa nomination en 2015 au poste de directeur de cabinet de la présidente de la Commission de l’UA. Au regard de sa contribution pour le développement du Burkina Faso et de l’Afrique, Jean-Baptiste Natama a été  fait, dans la matinée, à titre posthume, Grand officier de l’Ordre national par le ministre d’Etat auprès de la Présidence du Faso, Simon Compaoré.


Lassané Osée OUEDRAOGO

Sidwaya

 

Mise à jour le Vendredi, 23 Mars 2018 09:49
 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net