Etalons : Un nouvel entraîneur d’ici trois semaines Imprimer
Écrit par L'Observateur paalga   
Mardi, 10 Février 2015 07:03

La Fédération burkinabè de football a dressé, le lundi 9 février, le bilan de la participation des Étalons à la CAN Guinée Équatoriale 2015. Après avoir reconnu la part de responsabilité de son instance dans la débâcle du onze national et annoncé la rupture du contrat avec Paul Put, le président Sita Sangaré a affirmé que le nouveau sélectionneur serait connu d’ici 3 semaines.

Fini les rififis autour de la CAN 2015 avec ce que les Étalons nous ont produit à Bata en Guinée Équatoriale comme débâcle, l’heure est au bilan. La Fédération burkinabè de football s’était d’ailleurs retranchée à Bobo le 6 février dernier pour tirer le bilan. Au sortir de cette rencontre, il a été mis fin au contrat du sélectionneur national, Paul Put. Il restait maintenant à faire le bilan à l’opinion nationale, et c’est le canal de la presse qui a été choisi pour être relais.

C’est ainsi qu’au cours d’une conférence de presse, le président de la FBF, Sita Sangaré, a souligné que pour cette 10e participation à la CAN, les Étalons étaient partis «avec le secret espoir de rééditer l’exploit de 2013 à défaut de remporter le trophée» ; malheureusement, ils ont été sortis dès le premier tour. Soit une issue en déça des attentes. Sita et son bureau exécutif ne se sont pas débinés. Ils ont reconnu leur part de responsabilité et pris sur eux d’en tirer tous les enseignements. Il a dès lors rappelé que le travail pour redorer le blason a commencé avec la rupture du contrat «à l'amiable» de Paul Put.

Quelle est cette part de responsabilité de la FBF dans la débâcle équatoguinéene ? «Nous sommes responsables parce que c'est nous qui avons recruté l'entraîneur, et nous sommes peut-être responsables de lui avoir laissé les mains libres. Mais nous avons mis tous les moyens à la disposition de l’équipe. À l’issue du 2e match, nous avons interpelé le coach sur certains faits qui se sont passés sur le terrain à Bata. Il y a eu des imperfections. On avait tout mis en œuvre pour que tout se passe bien, mais peut-être que nos imperfections sont d’ordre organisationnel», a estimé le colonel Sita Sangaré. Il pointera du doigt, entre autres, la division au sein des supporters, les multiples brimades des arbitres lors des matchs Burkina # Gabon, Burkina # Guinée Équatoriale et Congo # Burkina.

 

Giresse, Keshi, Santini, Claude Le Roi, Gernot Rohr…

Il dira que si la FBF s’est séparée de Pût, ce n'est pas que le technicien belge soit incompétent, mais que le moment soit venu pour que chacun aille voir ailleurs. La résiliation du contrat permettra à Put de percevoir 6 mois de salaire. A l’heure actuelle, la Fédé est à la recherche de son successeur. Ce dernier aura en charge la sélection A et les Étalons Espoirs (car les U21 sont l'antichambre de l'équipe fanion, et comme beaucoup de joueurs sont sur le départ, donc le nouvel entraîneur va prendre en main l’équipe olympique). D’ores et déjà, la FBF assure qu’il sera un technicien suffisamment capé et d’un très haut niveau de connaissance du football africain. Les dossiers de candidature s’amoncellent sur le bureau du président. Les plus connus sont Alain Giresse, Stephan Keshi, Jacques Santini, Claude Le Roi, Gernot Rohr… D’ici la semaine prochaine, il y aura une short list de 3 noms dont sortira dans 3 semaines le prochain sélectionneur des Étalons.

Si l’expertise locale semble être écartée, le colonel Sangaré a souligné que, malheureusement, les entraîneurs locaux n'ont pas la rigueur nécessaire pour gérer l'équipe nationale et que certains sont coupables de pratiques douteuses avec les joueurs. On attend donc de connaître le futur coach, car les éliminatoires de la CAN 2017 commencent en juin 2015, et les 11es jeux africains (pour les Étalons espoirs) débutent le 21 février 2015.

 

Kader Traoré
L'Observateur paalga

Mise à jour le Mardi, 10 Février 2015 07:18