Libye: Même à croupetons, Kadhafi résiste PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Pays   
Jeudi, 28 Juillet 2011 23:01

Jour après jour, le Guide libyen perd du terrain. Mais, même battu au plan diplomatique, Kadhafi refuse de capter les signaux qui lui sont envoyés comme les armes convoyées aux opposants et le renvoi de son personnel diplomatique. Le cas le plus récent est celui de l’ambassade libyenne à Londres où le Conseil national de transition (CNT) a récemment marqué des points. En effet, le gouvernement britannique a expulsé mercredi les derniers diplomates libyens encore en poste dans la capitale. Le Royaume-Uni participe activement aux opérations contre les forces pro-Kadhafi depuis le début de la formation de la coalition internationale. Mais, jusque-là, il avait été réticent à reconnaître le CNT. Le rapprochement avec l’instance représentative des rebelles libyens s’est donc fait progressivement. Aujourd’hui, Londres dit reconnaître officiellement le CNT comme son véritable interlocuteur.

Aussi le chef de la diplomatie britannique a-t-il invité le CNT à prendre possession de l’ambassade libyenne dans la capitale du Royaume-Uni. Lors d’une rencontre avec le président du CNT, le Premier ministre britannique, David Cameron, avait également annoncé le transfert d’équipements pour les forces de police. Le Royaume-Uni fournissant du matériel de communication, une aide a aussi été accordée pour monter une station de radio. Londres se justifie en avançant comme argument « la légitimité grandissante du CNT, sa représentativité et les succès enregistrés pour se rapprocher des Libyens à travers tout le pays. Par ses actions, le CNT a prouvé son engagement en faveur d’une Libye plus ouverte et démocratique », souligne Londres. Pour les Britanniques, Kadhafi a perdu toute légitimité du fait de sa brutalité à l’encontre du peuple libyen. Bien entendu, à Tripoli, on ne l’entend pas de cette oreille : le régime de Mouammar Kadhafi a vivement critiqué la décision britannique. Sur le terrain, les opposants qui sont soutenus par les chancelleries occidentales, grignotent chaque jour des pans du territoire de la Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste. Certes, on joue encore au chat et à la souris. On conquiert et on se fait chasser. On reprend et on perd à nouveau les zones conquises, etc. Toujours est-il que les populations, elles, ne connaissent guère de répit.

En cette veille de Ramadan, chacun semble vouloir occuper le plus d’espace possible afin de pouvoir éventuellement négocier en position de force. Mais, il paraît évident aujourd’hui que les Occidentaux, aussi bien que les opposants, échouent à faire partir Kadhafi. Le Guide tient encore bon. Ceci, en dépit des bombardements sur la capitale Tripoli, les troupes au combat et les bases militaires. Le Guide refuse de partir et se dit même prêt à sacrifier toute sa famille s’il le faut. Une position qui peut ne pas paraître responsable ! Mais faut-il s’en étonner de la part d’un homme gagné par la boulimie du pouvoir ? Kadhafi semble n’avoir de réflexe que celui de mourir aux commandes de son pays, comme un capitaine aux commandes de son navire. Courage ou suicide, que sauront retenir les historiens de cet acte d’un homme aujourd’hui isolé mais toujours aussi entêté ? De plus en plus sourd aux appels et menaces de la communauté internationale, le Guide semble aussi faire fi de l’avancée des troupes adverses sur le terrain. Considérablement affaibli, il n’en lance pas moins jour après jour des défis à la coalition internationale qui se trouve comme prise à son propre piège. Comment donc boucler la boucle, puisque la confrontation armée ne débouche toujours pas sur les résultats escomptés ? Jusque-là, en effet, l’option militaire n’a pas réussi à convaincre Kadhafi de quitter le pouvoir. Si cette option ne réussit pas, ne serait-il pas alors temps de prospecter d’autres pistes de solution ? Il est vrai que Kadhafi ne voit pas le monde de la même façon que les autres, encore moins que les Occidentaux. Mais alors, que faire puisque malgré leurs efforts et les aides qui leur arrivent des pays de la coalition internationale, les opposants aussi éprouvent du mal à déloger le Guide ? Quelles négociations mener et avec qui pour le convaincre de rendre le tablier ? Selon toute vraisemblance, les recours se sont rétrécis au fil du temps comme une peau de chagrin.

L’occasion paraît belle de s’appuyer sur les amis et autres réseaux ayant encore un minimum d’influence auprès du Guide. Ce dernier a des amis en Afrique et à travers le monde. Des gens qui ne sont forcément pas des politiques. Peut-être des particuliers, des opérateurs économiques ou de simples relations pour lesquels il a une écoute certaine. A l’heure actuelle, il ne faut rien négliger pour trouver une solution au problème libyen. Car, le fait de continuer à l’isoler ne peut que l’irriter davantage et l’amour propre de l’homme n’en sera que révoltée. La situation est peu enviable et on en vient à se demander où sont passés tous les amis de Kadhafi ? Où se cachent tous ceux qui, particulièrement en Afrique subsaharienne, ont bien profité de ses largesses ? Auraient-ils peur des Occidentaux ? Craindraient-ils de subir plus tard les foudres des successeurs de Kadhafi ? Très peu de dirigeants africains osent apprécier ouvertement ce qui se passe, à plus forte raison intercéder en faveur du Guide. Sans doute, aux yeux de beaucoup de dirigeants africains, la cause est-elle perdue ! Il reste que si Kadhafi aime vraiment le peuple libyen, il lui faudra tôt ou tard abréger ses souffrances en renonçant au pouvoir. Dans le cas contraire, le risque est grand de voir un jour le Guide libyen mourir au beau milieu des gravats. Surtout si les bombardements et les déflagrations se poursuivent avec acharnement.

 

"Le Pays"

 

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Dans le monde

News Monde | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Retrouvez toutes les news Monde sur Yahoo Actualités France. Suivez 24h/24 toute l'information locale et mondiale.

Contactez Fasopresse

 

Pour des requêtes d’informations ou des besoins d’insertions publicitaires, vous pouvez nous joindre en envoyant un mail à l’adresse suivante :

E-mail: info@fasopresse.net

 

Recherche

Annonces et agenda

De l’huile frelatée saisie

Il n’y a pas longtemps, des bidons d’huile frelatée ont été saisis par les forces de police à Bobo-Dioulasso. Une opération du même type à Ouagadougou a aussi permis de mettre le grappin sur des bidons d’huile de vidange distillée et destinée à la consommation. Ces produits impropres à la consommation sont dommageables à la santé des consommateurs. Les impuretés peuvent s’accumuler dans les vaisseaux sanguins, s’attaquer au foie et prédisposer les consommateurs aux maladies cardiovasculaires. Ces deux saisies ne sont pas des faits isolés et en appellent à plus de ténacité dans la lutte contre la contrefaçon des produits alimentaires. C’est le lieu d’inviter les consommateurs à plus de vigilance et à collaborer avec les services impliqués dans la lutte contre ces produits illicites, car il y va de leur santé.

Nestor BAKI

Sidwaya

 
5ème édition des Journées de Promotion Minière (PROMIN 2012 Burkina), 6 au 8 décembre 2012 2012, à Ouagadougou, Burkina Faso


Lieu:
Centre International de Conférences

Sous le haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, et sous l'Égide de la Banque Mondiale, le Burkina Faso organise du 6 au 8 décembre 2012 au Centre International de Conférences de Ouaga 2000 à Ouagadougou, la 5ème édition des Journées de Promotion Minière (PROMIN 2012 Burkina) sous le thème: «Exploitation minière et développement communautaire».

 

 
8ème édition du mois de solidarité, du 11 octobre au 09 novembre 2012

Sous l’égide du ministère de l’Action sociale et de la solidarité nationale, la 8ème édition du mois de solidarité est prévue pour se tenir du 11 octobre au 09 novembre 2012 sur toute l’étendue du territoire.

 

Bannière 2D Solutions

Bannière

Petites annonces

Bannière

Meteo

Prévisions météo Ouagadougou